Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dans le fond de mon verre, j'écris ton nom Liberté

Interdire.jpg

Freddy Thielemans est un homme très tolérant, il accepte que les fêtards fassent la bringue toutes les nuits d'été aux terrasses de son pote Nicolay. Cela ne gène pas non plus que les habitants riverains ne dorment plus, plus très bien en tout cas. Il est tolérant avec les sonos de son pote Close qui s'entendent jusque dans les communes à facilités les soirs de Summer festival. Pas de soucis si ses policiers réveillent toute la ville à 2 heure du matin, pour annoncer qu'ils (vont) intervenir discrêtement. Ce qui par contre devient insupportable, c'est un touriste émêché qui fait un bourre-flic à un pif (ou juste l'inverse!) là, les gars attention je te fais dans la minute un arrêté communal qui interdit la vente d'alcool, et la consommation, après 22h, en rue hein! on peut encore boire à la maison, Freddy ça il veut (encore) bien.

Après les amendes contre les injures (sexistes) parfaitement inapplicable mais dont les statistiques de la police font état d'une étonnante activité,  (Il faut croire qu'ils se mettent des amendes les uns aux autres), et la lutte contre la prostitution de rue. Voilà un troisième "pet dans l'air". On se demande comment la police va pouvoir interdire la consommation (et la vente) d'alcool en rue, alors qu'elle n'arrive pas à juguler le trafics de drogue en tous genres... Et comment le camarade festif, l'échevin des guindailles et noubas, va organiser ses "gros'évènements" sans boissons alcoolisées?

Premier test:le 14 octobre au soir, place Rouppe. Le PS fête sa victoire à la Chaufontaine. Deuxième test, la vente de vin chaud interdite après 20h sur le marché de Noël...

Mais ça fait quinze ans que ses mêmes problèmes existent (déjà sous de Donnéa, petite piqûre de rappel aux MR) et que la police semblent ne pas les voir...

A force de plus avoir de projets fédérateurs et mobilisateurs, on court après tout pour montrer qu'on existe, qu'on décide... de pas grand chose en fait.

 

Les commentaires sont fermés.