Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Après les avoir engraissés, le PS les a rayé de la carte politique.

Il aura fallu 6 longues années, toute une mandature, pour que le PS Bruxellois déplume définitivement les quatre transfuges écolos. Simons, Artois, Mathias et Barnstijn ont été lessivés, rincés, tordus, blanchis, séchés et repassés lors de ces dernières élections.

Simons Mathias barnstijn Artois.jpg

Avec le score "audacieux" de 354 voix, Henri Simonstre (le PerSoquet) n'apporte même pas, à la liste de Freddy Thielemans, de quoi 'gagner' son dernier et 18ème siège. "Un chien avec un chapeau"(*) aurait fait plus de voix. C'est vrai que le turbulent ex-échevin de l'Urbananisme et la QCulture, ci-devant directeur de l'atomium, n'est apprécié que dans les cénacles les plus pointus de l'art contemporain.

Nommé directeur de l'atomium parce qu'il avait présidé à sa restauration, le PerSoquet pourrait devenir gestionnaire des toilettes qu'il a rénovés au même moment. "Monsieur Pipi à l'atomium" c'est aussi audacieux que "L'Urinoire" de Marcel Duchamps...

Marie Paule Mathias va-t-elle retrourner à l'école pour enseigner la chimie? Michel Barnstijn va-t-il rentrer chez madame qui saura l'occuper utilement et Camille Artois prendre un repos bien mérité? ...

Je pensais bien que le "win for live" socialiste  ce n'était pas pour (toute) la vie...

(*) Un chien avec chapeau, c'est comme cela qu'Henri Simons appelait les militants ou sympathisant ECOLO qui s'engageaient à 34 ou 41ème place de la liste, pour la remplir et apporter quelques voix à leur parti. Le voici donc 'chien avec un chapeau' au PS! (**)

(**) le 'chien avec un chapeau' s'appelle un 'perroquet avec un noeud pap' au PS...

 
 

Les commentaires sont fermés.