Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La grande interview gourde de Joëlle Milquet par notre gratte-papier Léon Punaise

 

Milquet d'Yvan.jpg

Exceptionnel ! Parmi les 63 journalistes, qui bénéficieront, ce week-end, d’une interview exclusive de la Ministre de l’Intérieur sur ses états d’âme (les humanistes ont-ils une âme comme, jadis, les chrétiens ?) après son expulsion du jardin d’Eden Bruxellois par le serpent Yvan Mayeur et le dieu-le-pépère Freddy 3ème  Thielemans, je suis le seul à pouvoir l’interviewer à l’intérieur du bureau de la ministre.

La comtesse Épiphanie de La Noix (dont la sœur a été récemment placée au Luxembourg, intérêt 0,73 + prime de fidélité 0,30) nous introduit (cela fait un peu vétérinaire) dans le bureau de Dame Milquet. Au blackberry, celle-ci nous fait signe de nous asseoir dans la pénombre de la partie centrale de son bureau.  Après avoir répété une cinquantaine de fois ‘non’, elle vient me rejoindre. Je me lève d’un bond (d’état) et lui lèche la main. La ministre a le goût du chocolat chinois que les échoppiers asiatiques fourguent aux touristes de l’Empire du milieu en extase sur la Grand-Place.

La ministre s’allonge sur le divan. « Je vais tout vous raconter » souffle-t-elle. Je me retrouve derrière elle et je sors mon crayon et mon calepin. « Le méchant, c’est Yvan et sa langue de serpent. Dieu lui a promis l’Éden mais il a peur de moi. Ce que je comprends tout-à-fait. Toutes les personnes raisonnables ont peur de moi. Moi, ma première qualité, c’est de rester calme quoi qu’il arrive.  Avec mes 5.040 électeurs, j’écrase tous les PS les uns après les autres.».

Écrasons dis-je. La ministre bondit et des talons elle étrille des photos des candidats socialistes regroupées sur son bureau. La scène dure plus de 37 minutes et 18 secondes, il ne reste rien des photos, ni des socialistes. Seule une photo a échappé au massacre, celle d’Yvan Mayeur. Le constatant,  comme moi, la ministre pantelante, s’affale sur son dyvan. « Il me poursuit, me terrorise » gémit-elle résignée, « je vais m’installer à Molenbeek et je serai bourgmestre pendant 60 ans. Puis je boucherai le canal et les eaux inonderont la ville. Ce sera la vice-première des dix plaies humanistes ».

 « Madame ?... ».   « Elle s’est endormie », me dit Épiphanie. « Il faut la laisser. Cela fait des semaines qu’elle ne dort plus. Vous revenez demain à la même heure, docteur ? »

 

 Léon Punaise, envoyé spécial dans le fond humaniste

 

 

Les commentaires sont fermés.