Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2013

Le tarif de stationnement de la voiture ventouse diminue de 60%

Rotation des voitures = rotation des clients = tiroirs-caisses remplis (dogme MR)

Lemesre zone bleue.jpg

Le nouveau plan Communal de Stationnement concocté par Marion Lemesre (MR) fait "le grand bond en arrière". Le MR (et le PS) revient à son concept primitif: il faut encourager la rotation des voitures (des clients) dans les rues commerciales. Le concept date des années 70 du siècle dernier.

Les majorités communales libérales qui n'avaient qu'un objectif encourager l'utilisation de la voiture, ont été confronté à un trop plein. Tout le monde se déplaçait en voiture, il n'y avait plus moyen de s'arrêter: toutes les places étaient occupées. Et voilà nos braves clients (les "rois" de notre société ultra-libérale de consommation!) occupés à tourner en rond à la recherche d'une place de parking qui n'existe pas. Les électeurs du PRL (le MR archaïque de l'époque) désespèrent dans leurs boutiques, on ne consomme plus assez. Certain en mangeait ses chapeaux!

Coup de génie! L'invention du parcomètre et du concept néo-libéral: "vous payiez déjà pour pouvoir rouler, maintenant vous aller payer pour pouvoir vous arrêter!". Et voilà une idée et quelle est bonne. Les édiles libéraux installent des parcomètres dans les rues commerçantes pour chasser les "voitures ventouses"! Comprendre celles qui restent là toute la journée et qui ne bougent pas. Si ces conducteurs là doivent payer, ils iront se garer ailleurs et ils libéreront des places pour les clients des commerces. Certain, de joie, lance en l'air ses chapeaux !

Mais ce n'est pas si simple. D'abord, les habitants qui résident (et résistent) dans les rues commerciales sont agacés de devoir payer pour laisser leur auto en bas de chez eux. Malgré les gros efforts des propriétaires, grands amis des commerçants et électeurs MR comme eux, pour supprimer les appartements au-dessus des commerces. Facile, on rénove le commerce et on en profite pour fermer l'accès aux étages. (Ceci explique pourquoi il y a des dizaines de milliers de mètres carrés de logements vides à Bruxelles. Faites le test, promenez-vous en regardant les étages rue Neuve, rue Marché-aux-herbes, des Fripiers ou de Wand par exemple, ils sont vides et souvent délabrés voire pourris...). Pour calmer le jeu, les autorités inventent la carte dites de "riverains" pour les résidents des zones fortement commerciales.

Mais ce n'est pas tout, les commerçants, qui pour la plus part, sont des navetteurs et habitent Waterloo, Dilbeek, Wemmel ou ailleurs en dehors de la ville. Ils sont, par conviction, libéraux, c'est-à-dire qu'ils défendent leurs libertés et basta pour celles des autres, vous n'imaginez pas une seconde qu'ils viennent travailler en train ou en bus, ils sont les premiers à garer leur(s) voiture(s) devant leur commerce en glissant une carte de visite derrière le parebrise pour signaler aux policiers que c'est leur(s) voiture(s). Un exemple? Les rues Haute et Blaes, les commerçants se plaignent du peu de places de parking, mais quand on fait une petite enquête discrête on s'apperçoit que plus de 60% des places disponibles sont occupées par les commerçants eux-mêmes. Mieux la ville met à leur disposition une "carte habitant(?)" (curiosité cette carte "habitant" qui ne sont pas des "résidents, des électeurs pour faire simple! Pourquoi donc les avantager?) à un tarif préférentiel qui les autorisent à placer "leur(s) voiture(s)-ventouse(s) devant chez eux. Certain, de dépit, en piétinne ses chapeaux!

Alors que la politique de stationnement doit avoir pour objectif de limiter la pression automobile dans la ville, grâce à Marion Lemesre le vieux slogan rétrograde "ma voiture, c'est ma liberté" est de retour.

Au lieu d'encourager l'usage des transports publics et de favoriser l'alternative à la voiture, le "nouveau" plan de stationnement est composé d'une série de demi-mesures qui n'apporteront AUCUNES améliorations à la mobilité en ville . Au contraire, la principale mesure consiste à diminuer le tarif annuel de la carte dites "habitant", de 500 à 200€ !  Certain sort des lapins (bleus) de ses chapeaux !

Les 500€ prévus par la majorité précédente ne représentaient déjà que 2€ par jour ouvrable pour stationner TOUTE LA JOURNEE en face de son commerce! Dès le 15 juin, il n'en coûtera plus que 80 centimes par jour (200€/an). 80 centimes pour occuper l'espace public, polluer l'air des bruxellois matin et soir et nuire aux ... commerces en occupant indûment une place de parking réservée aux clients. Ceci sans parler du manque à gagner de la ville, pendant qu'un commerçant 'ventouse' une place à 0,80€, aucun automobiliste ne paiera la redevance pour y stationner! Et c'est 80 centimes que, en plus, les commerçants décompteront en frais généraux... de leurs impôts!

Formidable avancées de la coalition Sociaux-libéralistes et ultra-Libéraux pour la mobilité et la santé des "résidents", des vrais électeurs, eux ...

16:23 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : commerce, mr, ps, fric, pognon, mobilité, pollution |  Facebook | |  Imprimer | | | | Pin it! | |  del.icio.us

Les commentaires sont fermés.