Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ecolo - Page 3

  • ARCHIVE 2007 Henri Simons est passé au PS. Nous vous proposions un bricolage: frabriquez-vous même votre girouette politique

    ARCHIVES 12 août 2007

    Pour animer la fin de vacances, nous vous proposions de réaliser une girouette politique. En cette période d'"Avent" élections communales, c'est le moment pour ceux qui se demande encore pour qui voter, de savoir d'où vient le vent.. Revoici le plan de notre girouette politique.

    Avec PerSoquet, et pour ne plus avoir l'air surpris, déçu, dépité, con, un soir d'élections, réalisons notre GIROUETTE POLITIQUE. Nous vous garantissons une efficacité à 75%!

    8 12 girouette.jpg

    Matériaux

    - une plaque de 'triplex' de 400x400mm, épaisseur 10mm (A)

     - deux plaques de 'triplex' de 800mm x 150mm. Épaisseur 20mm (B et C) 

     - une tige métallique de 1000mm et d'un diamètre de 10mm

      Construction

     ETAPE 1 

    8 12 persoquet girouette.jpg

    1. Tracez sur votre plaque A, 16 carrés de 100mm de côté.

    2. Reproduisez le dessin de PerSoquet carré par carré. Vous obtiendrez un dessin agrandi identique à l'original.

     3. Avec une scie à  chantourner découpez le dessin

    ETAPE 2

    1. Visitez les sites des 4 partis politiques francophones www.lecdh.be; www.mr.be; www.ps.be et www.ecolo.be  et copiez le sigle de chacun des partis. Et le FDF? Il n'existait pas comme parti en 2007. Si vous y tenez, glissez-le entre le MR et le CDH (www.fdf.be)

    2. Adjustez les sigles pour que leur base ait 100mm.

    3. ATTENTION TRAVAIL DE PRECISION

    8 12 girouette2.jpg


     

    Prenez la plaque B et collez  à GAUCHE le sigle du PS et à DROITE celui du MR

    Prenez la plaque C et collez à GAUCHE le sigle d'ECOLO et au CENTRE-DROIT celui du CDH

    Percez à travers l'épaisseur au centre des 800mm (à 400mm!) un trou de 10mm au centre des 2 plaques B et C

    Faites passez la tige métallique dans les trous des plaques B et C et fixez les en croix. Ensuite fixez la découpe de PerSoquet sur la partie supérieure de la tige et fixez la partie inférieure sur votre toit (ou sur votre vélo pour les cyclistes quotidiens).

    Dès maintenant, PerSoquet vous indiquera avec précision la direction du vent politique. Mais attention, ce serait trop simple s'il suffisait de suivre la direction indiquée par PerSoquet!

    NON si vous voulez gagnez les élections, quand PerSoquet indique le PS, choissisez un des 3 autres partis, s'il indique le MR, votez pour un des 3 autres partis, et ainsi de suite... Comme quoi cette girouette politique est efficace à 75%! 

     

     
  • Galerie: Ecolotopie

    Deleuze Hoyos.JPG

    Emily Hoyos & Olivier Deleuze

     
  • Archives 2006. Simons fait campagne sur les avaleurs

    ARCHIVES

    Comme d'habitude, le leader maximo des Verts Bruxellois engage une campagne forte autour de 3 valeurs essentielles selon lui: la transparence, l'offensive et les couleuvre. La transparence: Sans verres, on voit mieux qu'avecdes lunettes vertes sale. 2. L'offensive. Pour rester le second à la Ville, il faut être à la fois proche du PS et suffisamment différent de lui. Iol faut aussi clouer le bec à Mildiou...? Heu Milquet! Et enfin, les couleuvres, parce que le citoyen est, générelement, un très bon avaleur de couleuvres.

    5 - 2 Simons fait campagne sur les valeurs.jpg

     
     
  • Archives 2006. Henri Simons promet une lune en carton

    Archives

    Henri Simons qui se voyait faire un troisième mandat d'échevin à la Ville de Bruxelles utilise ses remarquables qualités de négociateur pour arriver à ses fins. il négocie d'abord une dérogation au sein d'ECOLO. Explication: chez ECOLO on ne peut faire que deux mandats consécutifs, mais on peut obtenir des dérogations et donc faire un troisième mandat. Pour obtenir cette dérogation, il s'acoquine avec Marie Nagy plus connue comme étant la "Valise à Carton" spécialiste ès-dérogation.

    Comme le disait Henri Simons; "Ma gouille a bien marché". Il fait un "ticket" avec Marie Nagy dont il se méfie. Pour la "fidéliser", il lui propose la seconde place de la liste ECOLO et... un mandat d'échevin. Il éjecte ainsi l'ingérable (pour lui) Marie Paule Mathias des places en ordre utile sur la liste ECOLO (comme on l'a revu dans une archive précédente: furieuse, elle passe au PS). Pour les deux autres échevins verts sortant, il dégoûtte Philippe Decloux de la politique, tandis que Bruno De Lille, se pacse avec Pascal Smet sur une liste SP.a - Spirit - Groen!

    Le décor est planté, Vincent peut déposer sa "Valise à Carton" dans la salle du Collège. Il n'y a plus qu'à attendre le soir des élections... (On attendra une prochaine archive pour en causer).

    A 4 - 29 Carton place sa valise.jpg

     
  • Olivier Deleuze lutte contre l'épuisement

    C'est crevant de vivre à côté d'un Jean-Michel Javaux libéré de tous tracas qui s'éclate sur tous les terrains sportifs et d'une Marie Nagy qui tweete un message toutes les 12 secondes en suivant Mise au Point.

    4 - 30 Deleuze épuisé.jpg

     
  • Archives: Printemps 2006. Marie Paule Mathias passe d'ECOLO au PS

    Archives

    A 4 - 29 Marie Paule Matthias au PS.jpg

    L'échevine ECOLO, Marie Paule Mathias à sa gauche qui la démange, elle ne pense pas, elle, à créer "un Mouvement de Gauche", mais elle fait mouvement vers la gauche rouge, ou en tout cas, "fraise écrasée".

    Tout cela parait simple "HOP" et on passe au rouge. Mais ce n'est pas aussi simple, chez les cocus verts comme chez amants-qui-sortent du placard, il y a des heureux et des grincheux. Un deuxième dessin, publié dans la foulée, montre que Madame Mathias ne saute pas aussi facilement la clôture entre Verts et Rouges, et que chez les uns, comme chez les autres, il y a des tensions.

    A 4 - 29 Marie Paule Matthias passe au PS.jpg

    Sur le dessin d'archives, on ne reconnait pas un journaliste, mais bien Henri Simons, Philippe Decloux, Marie Nagy et Vincent Carton, et de l'autre côté du mur, Yvan Mayeur, Faouzia Hariche, Freddy Thielemans, Jean-Baptiste De Crée et Carine Vyghen.

     
  • Le Mouvement de gauche est Parti

    4 - 23 Parti - Mouvement copie.jpg

    Ouf! Le Mouvement de Gauche à peine partit, les socialistes et les écologistes le disent en coeur: "Même pas peur!". Les socialistes Yvan Mayeur et Marc Tarabella (tchichi) rappellent que non seulement les socialistes francophones ont déjà avalé et digéré les vélléité de Parti de Gauche chez nous et qu'il y a déjà un parti d'extrême gauche protégé par l'UNESCO dans le cadre du patrimoine immatériel de l'humanité, le PTB.

    Chez les Verts, on est aussi relax. Ce n'est pas un Nanar de plus qui va secouer la force tranquille des écologistes. Il y a un élu sur trois qui finit par claquer la porte du parti, "on a même enlevé la porte, ça fait moins de bruit quand ils s'en vont" ironise le porte-parole Eric Biérin. Benoït Hellings, le mâle du second couple de candidats au Secrétariat Fédéral, va plus loin. Il se dit "rassuré par les premières interventions du tandem Olivier Deleuze / Emily Hoyos". Ouf, on aurait pu croire que lui aussi allait lancer un branlement de gauche. Et puis benoitement, il s'enmêle les pieds dans la participation, fer de lance d'ECOLO, qui n'est pas comme il l'affirme "veiller à être en phase avec les aspirations et les peurs de la population", cela s'appelle du populisme. La participation, c'est plutôt mettre les débats sur la table, et ce même et surtout s'ils sont en contradiction avec les aspirations de la population . La participation, c'est aller aux débats, ni les fuir, ni, surtout, aller dans le sens du poil.

     
  • Petit résumé de la position des partis francophones sur un axe gauche-droite

    4 - 21 image centre politique.jpg

    Pour Y voir plus clair. En admettant que Joëlle Milquet occupe le Centre, on repère, de gauche à droite sur le dessin donc de droite à gauche dans la réalité politique, Charles Michel et le MR au Centre-droit, Joëlle Milquet au Centre, Elio Di Rupo au Centre-gauche, Bernard Wesphael qui se meut à gauche et Olivier Deleuze qui n'est ni à gauche ni à droite, mais qui a ses racines au centre-droit, ta tête au centre-gauche et son coeur-tefeuille au centre. Ah c'est simple la politique belge francophone. Et encore, nous n'avons pas repris Raoul Hennebouw du PTB est l'extrême-gauche et hors de la page, tout comme monsieur ou madame X, pour le FN, le sont aussi mais à droite. Laurent Louis, et son MCD, est à la déchetterie dans le conteneur des matières hautement toxiques. Et bien merci, on y voit plus clair!

     
  • Tout est bon dans le Mélenchon ?

    3 - 29 tout est bon dans le melenchon.jpg

    La "Pax Javaux" est bien finie chez ECOLO. Fini de tendre l'autre joue. Même Jacky Morael s'énerve et s'insurge contre tous ceux qui s'invente un courant politique pour justifier leur rupture avec ECOLO. Et qualifie la sortie de Bernard Wesphael d'EGOlogisme. Ce avec quoi on peut être d'accord avec le moraliste liégeois. Il semble toutefois utile de se demander pourquoi, l'égologie de Bernard Wesphael est-elle plus criticable que celle, au hasard, de Philippe Henry. L'égologie est souvent le moteur qui anime les 'vedettes' du parti, elle ne devient dérangeante que quand elle perturbe les plans préétablis, appelés "collectifs" dans la tautologie du parti.

    Certains se souviennent peut-être d'un échevin bruxellois qui se voyait déjà en Ministre de la Culture lors des élections régionales de 2004. Recalé par l'assemblée du parti, il demande et obtient en compensation la présidence du Tourisme régional (BI-TC, aujourd'hui Visit Brussels), mandat qu'il pique à un collègue de parti, échevin bruxellois. Deux années plus tard, après avoir obtenu une dérogation pour pouvoir se présenter à un troisième mandat d'échevin (le 5ème mandat de suite après 2 de député fédéral et 2 d'échevin), il échoue et passe au PS sans armes mais avec ses bagages, le mouvement d'écologie sociale dont il est le seul membre, et obtient un boulot bien rétribué.

    Il y a chez ECOLO deux types de mandataires, le "Saute mandat" et le "Au revoir et pas même merci". Le Saute mandat est un sport très prisé dans (tous les) partis. C'est un art chez ECOLO. Il s'agit de passer d'un mandat à un autre et ce pendant le plus longtemps possible. Chez ECOLO, les statuts disent que l'on peut faire deux mandats consécutifs, mais ils ne précisent pas dans quelle assemblée et on peut demander (et obtenir) des dérogations. Celles-ci sont souvent accordées par les pairs. On déroge entre soi. Chez les "Sautes mandats", les champions sont José Daras, Marcel Cheron, Marie Nagy. Les plus doués des illusionnistes quittent le parti quand il est au plus bas, et reviennent "à la demande générale" quand il est au mieux.

    Un des grands espoirs, Benoit Hellings, oui le troisième candidat au mandat présidentiel, ne risque pas de s'en aller, il n'a ni courant ni tendance politique, il se coule dans la masse anonyme, bêle avec les boucs. C'est comme ça qu'en 2004, il btient un job surnuméraire au Tourisme pour avoir soutenu Henri Simons. Deux ans plus tard, estomaqué par le passage de son mentor au PS, il s'accroche à une autre "saute-mandat" et devient sénateur suppléant, il sera même effectif quelques mois. Pas réélu, il retrouve un mandat à la présidence du Port de Bruxelles et se propose comme candidat à la présidence du parti. Il sait qu'il n'a aucune chance mais pour (faire) démocratie cela fait bien et, surtout, cela disperse les votes critiques et récupère celles des un peu déçus mais pas trop, empêchant, dans le cas présent, Wesphael d'être au second tour(*). Bien joué. Cela ne coûte rien et cela (pourra) rapporter gros.

    Les "Au revoir et pas merci" font un mandat, - (par hasard?) - et ne sont rarement désignés une seconde fois en ordre utile. Ils se retrouvent égarés oubliés parfois au chômage.

    Puis il y a les rétrocessions. Tout le monde rétrocède mais certains moins. Venant d'une profession libérale (médecin, avocat, ...) certains peuvent continuer à exercer (un peu) pour préserver leur clientèle, d'autres restent profs juste pour quelques heures, d'autre encore font garagiste et cède les clés de 20 et le cambouis à madame le temps du mandat. Cela ne pose pas problème, ce qui pose problème ce sont ceux qui dénoncent ces inégalités, et revendiquent des changements.

    Jacky Morael a raison de s'énerver. Ces dérives avaient plombé les Partis Communistes ("la révolution cocufiée par les bureaucrates" François Béranger) et le PS (des parvenus). Les forces de changements sont confisquées par les clients du parti qui n'ont, eux aucun intérêt aux changements, aux renouvellements des structures...

    Restons calme, des perturbateurs, il en reste un, le grand élu inutile, Jean-Claude Defossé, il finira bien par s'en aller. Au plus tard en 2014, parce que c'est vrai que démissionner en cours de mandat, ce n'est plus intéressant...

    (*) un scénario identique a été concocté pour la Présidence du Parlement wallon, le candidat de l'appareil risquait d'être mis en balance par Bernard Wesphael. On a sollicité la candidature d'une troisième députée (il fallait une femme!) qui n'avait ni l'envie ni moindre chance d'être élue. Wesphael comprenant la manoeuvre à claquer la porte, et elle s'est retirée laissant la voie royale aux sans-voix pour élir le candidat du bazar.

     

     

     
  • 51 ans après le Congo, la Wesphalie proclame son indépendance

    3 - 26 la Wesphalie indépendante.jpg

    Ne voyant plus d'avenir (pour son courant) Bernard Wesphael quitte ECOLO mais reste parlementaire indépendant et chef de groupe de son sprl-u au Parlement wallon.

    Olivier Deleuze, nouveau secrétaire fédéral des Verts, se dit triste et réaffirme qu'il y a de la place pour tous les courants (y compris alternatif?) au sein de la maison passive écologiste. La preuve, il y a des hétéros et des homos, des cathos et satanistes, des bruxellois et des wallons, des barbus et des imberbes, des blondes et des fausses blondes, des gros et des maigres, des petits et des grands, des petits et des gros (seins), des gagnants et des perdants, des créants et des mécréants, des croyants et des incroyables, des yoyos et des bilboquets, des élu(e)s éternel(le)s et des élu(e)s hasardeux(ses), des FEF et des FLOP, des éternels retours et des sur-le-départ, des couçi et des couça, des etceteri et des etcetera, ...

     
  • Les verdeux se réunissent clandestinement, pour lancer le groupe "verdeur" au sein, ou hors, ECOLO?

    3 - 23 Dubié wesphael decroly.jpg

    Cela fait 3 semaines que Bernard Wesphael réfléchit depuis 15 jours. Va-t-il accepter sans vergogne les verroteries et reprendre sa place de chef de groupe au Parlement wallon ou va-t-il rejoindre le vertige des Josy Dubié et Vincent Decroly et devenir chef de bande des vermifuges vertébrés pour verrouiller la tendance vertmissel des vernis du parti...

     
  • Emily Hoyos? Une sorcière comme les autres !(*)

    Emily Hoyos l'affirme: "elle  n'est pas une sainte". Un coming out tout à l'opposé de celui de Jean-Missel Javaux.

    3 - 10 hoyos pas sainte.jpg

    (*) "Une sorcière comme les autres" Anne Sylvestre

     
  • L'éternel retour de la valise à Carton (Conte picard)

     

    Rejoignez ECOLO Ville de Bruxelles

     

    3 - 7 L'éternel retour de la valise à carton.jpgComme tous les 6 ans, en période pré-électorale communale, les ECOLO de la Ville de Bruxelles se souviennent qu’il faut présenter une liste complète (c’est mieux) aux électeurs qui se prononceront le second dimanche d’octobre.

     Pendant 6 longues années, la section ECOLO de la ville a dormi sur ses poireaux (il ne faut pas parler de lauriers quand on a 3 élus au Conseil communal !). Tout à coup, elle se réveille, il faut présenter une liste complète aux prochaines  élections communales. « Chef ? on est que 27 aux assemblées de la section locale, et il faut 51 (53 peut-être en 2012) noms sur notre liste. Comment allons-nous faire ? »

     Et dès cet instant, les généraux ECOLO partent en chasse pour trouver des « ploucs qui acceptent de soutenir la liste sans vouloir, particulièrement,  être élus ». Et on ramène sur la liste des Josip  Dupied, des Mehmet Hallal ou des Lisa Gheradini qui seraient susceptibles de faire des voix et de ne pas être élus. Quand tout va bien, qu’ECOLO fait ses 6% et quelques, seuls les 2 premiers de la liste sont élus. En général, ils s’appellent Namons et Sigy. Et parfois, un troisième sorti de nulle part est aussi élu, et ce sera peut-être Mehmet Hallal, Josip Dupied ou Lisa Truchini… Mais qu’importe, tout le monde s’en fiche. Si ECOLO entre dans une majorité, c’est quand même Namons et Sigy qui seront échevins. Ensemble (tous les deux !) ou pas du tout.

    Pourquoi ? Parce qu’avant les élections, il (et elle) avaient partagé le monde et le pouvoir Bruxelles villois. ET tous les autres chefs de partis le savent, c’est les 2 ou rien. En 2006, ce fut rien. Sigy ne pouvait imaginer Namons échevin seul. Donc, ce fut rien.

    Mais revenons-en à nos écologistes occasionnels, ceux qui vont boucher les trous de la liste sans autre espoir, ni convictions, que de faire élire Ci-git (Heu ! pardon Sigy…), leur candidature est attendues auprès du bureau de campagne d’ECOLO (qui n’est pas situé à Waterloo !), c’est un avantage si vous ne prétendez à aucune ambition ou élection et que vous pouvez proposer le vote génétique  d’une nombreuse famille ou un « segment porteur » comme être un cycliste qui va à Marseille en vél’eau ou mieux en train’eau mais surtout pas à mot’eau  ou en aut’eau…

    Ce qu’il faut retenir de tout ceci, c’est qu’il y a, comme à chaque élections communales, de 45 à 50 places NON-ELIGIBLES disponibles sur la liste ECOL’EAU de la Ville de Bruxelles et que si vous voulez contribuer au conservatisme écoleaugique en faisant réélire une fois de plus Marie Sigy dans une assemblée citoyenne, rejoignez la liste ECOLEAU de Bruxelles Ville.

     

     
  • Tout le monde est content chez ECOLO

    3 - 4 (ecolo)  Tout le monde est content.jpg

    Et les femmes!?D'abord on n'a pas dit "Tout le monde est contente chez écolo", et puis, c'est bien connu, "elle simule" pensent tous les autres mecs que le leur... Oh et puis, c'est un angle un parti-pris, un point de vue pour résumer l'AG d'ECOLO. Zut à la fin!

     
  • Dans le plus grand secret, ECOLO va se révolutionner

    3 - 3 ECOLO version parapluie.jpg

    Dans la plus grande intimité de son Assemblée Générale, ECOLO va désigner un tandem pour succéder à Javaux/Turrine. Il faut une équipe qui sait rebondir et là on n'en voit qu'une: Deleuze/Hoyos. Ils sont , effet, les seuls capables de rebondir sans retomber en dehors du parti pris, comme Wesphael (qui en plus s'est accoquiné avec une inconnue, presque une étrangère ce qui ne rassure pas du tout les cadres permanents de la Versité à défaut de Biodiversité). Un couple souriant sous la moustache, sympas et rassurant, pas comme Gerskens/Helling trop flûte à bec et pas assez saxophoniste.