Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

persoquet - Page 3

  • 22 mai, journée de la biodiversité

    Petite réflexion comme ça, peut-être pour masquer mes inquiétudes. Depuis que le monde est monde, des espèces sont apparues et disparues. Certaines depuis tellement longtemps que l'on en a que des traces fossiles. Des plantes, des animaux, les humains eux-mêmes ont connu des avatars, ... Et ne parlons pas des dieux, encore multiples il y a moins de deux mille ans et devenu unique il y a quelques siècles.

    Donc depuis, toujours, on assiste a un grand malaxage des espèces avec des qui disparaissent et d'autres qui arrivent, des vieilles, des nouvelles, des 'en périls" ... Le vrai problème ce n'est pas ce mouvement perpétuel, mais son accélération depuis deux-trois décenies. La destruction organisée par les humains et par chacun de nous est le vrai problème.

    Bon cessons d'être sérieux. La biodiversité touche aussi le Conseil communal de la Ville de Bruxelles. Pour bien s'en convaincre, regardons cette planche ornithologique qui reprend quelques'une des espèces remarquables: Le PerSoquet, migrateur définitif passé des forês vertes aux déserts rouges; venues d'Afrique du Nord, le Ouri bâtisseur, le Faouzia à rouge gorge, le Ktibi des asphaltes; la Lieux rouge et l'Oberwurtz de Poméranie, les oies Marion et Frédérique, la poule du sablon Kokotman et Brachène, le Barnstijn véloce, et à l'arrière plan le Fassa-Fifi des Milquet et le Bertin noir; et quelques flamands de toutes les couleurs, et même des noirs du Naziland.

    5 22 journée de la biodiversité.jpg

     

     
  • J'aimerai flaner sur les grands boulevards...

     

    5 20.jpg

    La saga des boulevards centraux est un feuilleton initié par Persoquet (Henri Simons) pendant ses 12 années d'échevinat, l'ex-vert n'a eu de cesse que de faire des études et des communiqués de presse pour présenter sa vision des boulevards centraux du Pentagone. Des places qui allaient être rénovées et redevenir des places avec bancs, arbres et fontaines..., des bagnoles qui n'auraient plus qu'une bande de circulation, des pistes cyclables, ... Bref un rêve pour les riverains et les usagers faibles et une angoisse pour d'autres, dont les commerçants. Beaucoup d'agitations et d'effets d'annonce pour rien. Simons n'a jamais voulu rénover les boulevards centraux. En parler était porteur, le faire...

    Après 12 années d'effets d'annonce et de manque de courage politique, rien n'a changé. Et ce malgré l'arrivée de Lange Pascal Smet qui allait révolutionner la mobilité dans le Pentagone: tout pour les piétons et les cyclistes, ET la rénovation des boulevards centraux ET des berges du canal. Conclusion à vouloir tout faire, le "Lange" n'a toujours rien fait alors qu'ilne lui reste qu'une année de mandat avant les élections. En clair, il ne fera rien.

    Fin 2006, après le départ de PerSoquet, arrive Christan Ceux, "El CheDH". Et lui, courageux, il relance une étude et ne promet quelque chose (pour les boulevards centraux) en 2011. Ce qui veut dire que le dossier est reporté au mieux à 2013. 2012 est une année d'élections communales, donc aucun de nos élus n'osera entamer des travaux lourds...  

    En attendant, nous restons dans les embouts, la pollution de l'air, le vacarme, les risques d'accident... 

     
  • Pouvoir d'achat: un bon truc

    L'Ali Mentation "Marieke et Moustafa" de Laeken nous signale que, depuis quelques jours, de nombreux clients  viennent déposer un ou plusieurs bacs de Jubiler. La particularité de ces bacs jaunes, c'est qu'il n'y a que le bac en plastique et AUCUNE bouteille. Chaque bac rapporté, coûte 3 euros à nos braves épiciers, qui nous envoient un modèle de bac:

    418462618.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chère Marieke et Best Moustafa, il s'agit de quelques'uns des 33.000 bacs de Jupiler utilisés pour construire le pavillon du "bonheur" (le broll au pied de l'autre, l'atomium).

    Et avouons que l'idée n'est pas idiote. Cela pourrait faire le bonheur de ceui qui décide de démonter, nuitamment et patiemment,  le "pavillon". 33.000 bacs à 3€, cela fait 99.000€! De quoi mettre du beurre...  

     
     
  • Souvenirs, commémorations, anniversaires, jupilés...

    Nous vivons dans un pays tourné vers son passé (c'est quand on était si heureux tous ensemble, hein tu te souviens, Bart?). Cette fois, c'est le bidule à 9 boules, qui a 50 ans. Pas que le bidule! C'est les 50 ans de l'EXPO '58!

    Ca c'est une époque formidable. Formidable, parce qu'on est tous pressés d'oublier que 12 ans plutôt, le monde était à feu et à sang. Et que même c'est pas fini. En Indochine, au Vietnam, en Algérie, ça continue. Et même, la guerre froide est au plus froid, et là tout près de chez nous, en 1956 à Budapest, les Hongrois sont aplatis par les chars russes... Mais à Bruxelles,  on vit une époque formidable. Quel bonheur de découvrir les progrès des sciences et cet atomium, symbole de l'atome, de l'énergie atomique, dont les japonnais ont pu, 13 ans plutôt, découvrir les chaleureux effets.

    1958, est une époque formidable. Au plein millieu des 30 glorieuses où nos sociétés érigent le gaspillage, la pollution, l'exploitation sauvage de la planète comme mode de vie.

    Et ce bidule à 9 boules, l'atomium, en est le symbole. Et c'est cet atomium que certains s'apprêtent à fêter, au nom de la nostalgie! J'espère qu'au nom de cette même nostalgie on fêtera l'indépendance du Congo, les grandes grèves de 61, l'enlèvement de VDB, la victoire de Sandra Kim à l'eurovision, la défaite d'Henri Simons aux élections communales de 2006, ... 

    "Atomium? non merci!"

    C'était notre slogan dans les années 60, 70 et 80 (nucléaire? non merci!) (pour Joëlle Milquet, c'était: "Famille nucléaire? Non merci!). Aujourd'hui, c'est devenu "Jupiler? Oui merci!" (Et non, le "jupilé" du titre n'est pas une faute!). La "cité du bonheur" est un palais en bacs de jupiler! Il fallait être mandataires bruxellois pour penser à cela. (Même Michel Daerden qui a pourtant une vue permanente sur les cuves de jupiler n'y avait pas pensé!)

    "Ceci n'est pas de la Culture!" dirait Magrite,

     

    4 16 Persoatojupiller-2.jpg

     "c'est même pas du sponsoring". c'est imbuvable, le comble pour une petite bière!

    4 16 Persoatojupiller-4.jpg

    Persoquet et sa nouvelle culture

    L'atomium derrière son "mur" de jupiler. Une belle image de la Belgique joyeuse...

    4 16 Persoatojupiller-3.jpg