Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ps - Page 5

  • L'hiver glacial plombe les recettes de Brussels Ice Magic

    cloce ice froid.jpg

    Si vous entendez l'échevin de la Tourista et le directeur du Closeland Brussels annoncer un succès de foule place des Palais au point qu'il a fallu acheter 3000 kg de glaçons... Dites-vous bien que le réchauffement de la planète a joué un vilain tour à nos créateurs d'événements les plus dingues depuis la prise du parc Royal en 1830.

    En réalité, un festival de statues de sable comme à Blankenberge aurait été une meilleure idée. Et quand c'est un élu socialiste de la Ville de Bruxelles qui vous le dit, on a envie de le croire.

    En fait, mis-à-part Electrabel, on ne voit pas vraiment qui gagne dans cette affaire de dupes.

  • On a chouravé le slip tricolore du Bourgmestre...

    Le slip de Mayeur.jpg

    Escorte serrée des Camarades, pendant que la police communale cherche...

    http://www.sudinfo.be/907006/article/regions/bruxelles/actualite/2014-01-20/bruxelles-on-a-vole-le-slip-du-bourgmestre-yvan-mayeur

  • Inégolités

    close inégalités.jpg

    Ouais, le fond de commerce du PS, c'est les inégalités sociales, les chômeurs, les minimexés,... Plus il y en a plus il devrait avoir des votes PS... 

  • Trois saucisses, quatre boudins rouges et 800 grammes de hachés porc-veau

    close mandats.jpg

    L'échevin du Tourisme est heureux de nous annoncer dans "Ses nouvelles" (  http://www.philippe-close.be/Philippe-Close-devient-president-de-Brussels-Expo_a58.html?preaction=nl&id=23400542&idnl=153929& ) qu'il a obtenu un nouveau mandat rémunéré à Brussels Expo. Que deviendrait un élus sans ses petits mandats alimentaires?

     

  • Silence, on tourne !

    tournant social démocrate.jpg

  • Après Alceste à bicyclette, Closer à scooter...

    Closer scooter.jpg

    Toutes ressemblances avec des personnes ou des événements connus seraient une pure (et dure) coïncidence inconsciente.

     

  • Il pleut ! Ça peut rapporter gros...

    Close Mees Drache.jpg

    Et former des chômeurs à la vente de parapluies et de cirés, c'est, edncore, une filière non délocalisable! Et quand on pense que le même, il y a quelques mois, voulait mettre une verrière sur la rue Neuve!

  • L'audacieux Monsieur Mayeur. Quelques réflexions sur un pietonnier futur.

    close piétonnier.jpg

    Comme pour confirmer que le renouveau mettrait fin à l’immobilisme, le nouveau bourgmestre de la ville de Bruxelles annonce, lors de ses vœux, la piétonisation des places De Brouckère et de la Bourse et des quelques centaines de mètres du boulevard Anspach qui les séparent.

    Le projet n’est pas neuf, il a 20 ans. Pourtant, d’effets d’annonce en projets éphémères, rien n’a bougé. Il semblerait, toutefois, que cette fois sera la bonne.  Plusieurs paramètres ont changés.

     Depuis 1995, tous les partis politiques ont été confrontés à la rénovation des boulevards centraux et tous s’y sont cassé les dents, victimes des groupes de pression, du manque de moyens ou, surtout, de la peur du changement. Peur qui touchait aussi bien les riverains que les décideurs. Pendant ce temps, la qualité du commerce s’est effondrée, au même rythme que la ville s’est congestionnée. L’opinion publique s’est alertée et a revendiqué des espaces réservés à la mobilité douce.

     On ne crée ni une zone piétonne pour résoudre des problèmes de mobilité, ni pour relancer le commerce. On ne peut créer une zone piétonne que dans l’objectif d’apaiser la ville et recréer une qualité de vie susceptible d’y maintenir ses habitants et d’en attirer de nouveaux. Ce qui n’est pas négligeable pour les finances communales.

     Il est évident que les premiers concernés sont les habitants. Les seconds, les utilisateurs qui la fréquentent au quotidien : commerçants mais aussi salariés et travailleurs. Ceux-là doivent être consultés. Leurs besoins, et certainement leurs peurs, doivent être entendus, analysés et des solutions intelligentes, novatrices et praticables doivent être proposées et coulées dans le projet final.

    Pour un habitant savoir comment il pourra rentrer chez lui, et s’il possède une voiture, où il pourra la stationner. De même, les commerçants doivent savoir comment ils seront fournis et leurs clients accueillis. Les récentes rénovations catastrophiques de la rue Neuve méritent une sérieuse analyse ! Quant aux touristes et autres visiteurs occasionnels, plus la qualité de la ville sera importante, plus ils seront susceptibles de revenir.

     Les deux obstacles à négocier, la mobilité et le commerce, ont leurs thuriféraires acharnés. Parmi les ‘pour’ comme parmi les ‘contre’ d’ailleurs.

    Il ne suffira pas de décréter que les places de la Bourse et De Brouckère sont piétonnes pour que la mobilité se fluidifie et les embouteillages disparaissent. Le danger serait de ne pas anticiper les reports de voitures sur des axes parallèles comme, par exemple, Anderlecht - Anneessens – Laeken. Et quel usage sera attribué à tous les « moignons » de rues qui rejoignent la zone piétonnisée. Seront-elles piétonnes ou deviendront-elles, de fait, des parkings semi-sauvages, comme la section de la rue du Midi entre les rues Henri Maus et des Pierres ? Même question pour le boulevard Anspach entre la rue des Pierres et la place de la Bourse, ou la rue Auguste Orts et, du côté De Brouckère, les boulevards Jacqmain et Max depuis la rue du Cirque.

     Du côté des commerces, il ne faut pas se voiler la face, le basculement de « tout aux bagnoles » à « piétonnier » fera des victimes. Outre la rotation habituelle des commerces, mis à part quelques enseignes, leur durée moyenne de vie dépasse rarement les 5 ans. Il faut anticiper une modification du tissu commercial qui risque d’atteindre 30 à 50% des espaces commerciaux. Ce qui pour la ville, si elle s’inscrit dans le « durable » peut être une opportunité. Anticiper signifie accompagner les commerçants riverains dans la mutation de leur activité ou faciliter le déménagement de ceux qui le souhaitent et surtout conditionner les nouvelles installations. On sait que le secteur horeca est avide de piétonniers, le laisser s’installer en (quasi) exclusivité serait, à terme, la mort du commerce dans le centre. De même que l’occupation des places, 52 semaines par an, par des podiums, tentes ou festivités en tous genres fera déguerpir les habitants et les commerces non horeca.

     Le chantier est immense et ambitieux et d’autant plus difficile  que Bruxelles a raté sa mue quand elle a décidé d’enfouir les trams. Les trams en surface auraient de fait créé, comme à Strasbourg, Bordeaux ou Lyon, une mobilité douce, peu bruyante et conviviale, tout ce que la voiture n’offre pas !

     Philippe Decloux

     

    Échevin honoraire (Écolo) de la Mobilité, de la Participation, du Commerce et du Tourisme

    (Communiqué de presse)

  • Ils tiennent la chandelle en soutien à François Hollande !

    marche à la chandelle copie.jpg

    Les socialistes bruxellois qui fêtaient goulûment, sur les Champs Elysées l'élection du président normal, se sont retrouvés rue du Cirque à Paris, pour une marche en soutien du coq François...

  • Plaisirs d'hiver: Le directeur du BME compte un million de visiteurs en moins que l'échevin!

    On ne sait plus qui croire! Le 6 janvier, l'échevin du Tourisme annonçait, après ses comptages et recomptages son traditionnel 1,5 millions de visiteurs aux Plaisirs d'hiver. Le directeur du BME* en annonce 500.000 dans Le Soir de ce 11 janvier.  

    A-t-il décompté les afghans de l'église du Béguinage, et leur nombreux supporteurs? Le Pepsi max de l'échevin était-il frelaté? Ou notre directeur espère-t-il une augmentation? (de salaire, pas de visiteur...)

    Close Mees.jpg

    Le directeur, qui n'a jamais rien créé ni inventé de nouveau**, veut professionnaliser l’événementiel à Bruxelles. Quand on vous dit que le rêve ultime, démentiel, est de transformer votre ville en parc d'attractions ! Sous prétexte que le tourisme rapporte, certains sont prêts à vous faire vivre 24h/24 dans un Disneyland (post) socialiste !

    * Bruxelles Major's Events (quand il y moyen de se trouver un nom ridicule, on a toujours de l'imagination...)

    ** Plaisirs d'hiver, le Summer festival, Bruxelles-les-Bains, la Zineke parade, la Foire du Midi, le Meyboom, ce n'est pas lui! Même Joëlle Milquet tête de liste régionale, ce n'est pas lui !


  • L'après "Sans chichis" selon Jean-Paul Philippot

    Laurette météo.jpg

    La prestation formidable d'Elio Di Rupo à "Sans Chichis" pousse l'administrateur général socialiste de la RTBF, Jean-Paul Petippot propose de renouveler les animateurs sur La Une entre le 1er février et le 24 mai 2014.

    La météo sera présentée par la nouvelle équipe composée de Laurette, Fadila et Éliane.

    André Flahaut présentera "Vous êtes tous pigeonnés", Jean-Claude Marcourt et Philippe Moureaux présenteront Mise au point et Revu et Corrigé; Rudi Vervoort présentera le journal de 19h30 en alternance avec Marie Arena. Le 13h sera présenté par Karine Lalieux et Paul Magnette. "Une brique dans le ventre" sera animé par Alain Moreau et "Télétourisme" par Philippe Close. Enfin "La pensée et les hommes" sera animée par Emir Kir, Rudy Demotte est pressenti pour reprendre le rôle de Bla bla et "Le jardin extraordinaire" serait confié à Henri Simons...

    RTL n'a qu'à bien se tenir!

  • L'accordéon instrument populaire. Ou populiste?

    close accordéon.jpg

    L'échevin du Tourisme, qui a bien écouté son Premier Président éternel, Elio Di Rupo, dans la nouvelle grande émission peopolitique de RTBF, lance le premier festival des Muguets et de l'Accordéon Musette. 30% des électeurs sont attendus autour du podium de la place Rouppe

    C'est la FGTB et le Setca qui ne vont plus se tenir, ça va guincher dans les boutiques socialistes ! 

  • On l'aurait parié, les plaisirs d'hiver ont cartonnés. Comme l'année dernière?

    close bilan plaisirs d'hiver 2013.jpg

    Le succès des plaisirs d'hiver ne se dément jamais. Lors de l'inauguration, le 29 novembre dernier, l'échevin du Tourisme annonce un million et demi de visiteurs. Et hop, ce 5 janvier à 22h précise, le million cinq cent millième visiteur s'est présenté au stand des tartiflettes et vins chauds de la place de la Bourse. Une fois de plus, le pari est gagné!

    Comme en 2012, l'objectif, 1.500.000 visiteurs, est atteint!

    Pourtant, on s'en souvient, les dernières semaines de 2012 avaient été catastrophiques: pluie, pluie, pluie et pluie. Malgré cela l'échevin calculette avait annoncé son million et demi de visiteurs. Curieux, non?

    D'ailleurs les habitués confirment que l'année 2012 avait été pénible... Le gérant du "Manège magique" cite la mauvaise année 2012 due à la pluie, et donc, il y a (fatalement) un mieux pour 2013. Un autre exposant, gérant d'un chalet constate, pour sa part, que "l'année 2013 est satisfaisante: Sur 40 jours, on a vendu autant qu'en 30 jours (en 2012)". (cf Le Soir du 6 janvier).

    Si on résume les avis: 1. 2012 avait été catastrophique. 2. 2013 a fait en 40 jours des recettes équivalentes à celles constatées en 30 jours en 2012. 3. 2013 est un succès (dixit Close)

    Le travailler plus pour gagner autant serait la réponse socialiste au chômage?

    Enfin, l'échevin annonce que les plaisirs d'hiver ont été nommé "tout récemment" marché de Noël le plus original. (Le Soir 6/1/2013). Ce qui est vrai, mais c'était en 2001... Admettons que c'est effectivement assez récemment comparé aux centaines de milliers d'années de l'aventure humaine...

  • Vérité mathématique

    Close 2 mandats.jpg

    Enfin une vérité évidente. Etre politicien, c'est aussi être enfonceur de portes ouvertes professionnel. Quand on sait cela, on se demande combien de temps les politiques consacrent aux affaires publiques ou si le cumul des mandats ne devrait pas être totalement interdit. Cumul dans l'espace (plusieurs mandats en même temps) ou cumul dans le temps (se maintenir dans un mandat pendant plusieurs législatures).

  • Joséphine et Laurette, anges gardiens ou camarades mystificateurs?

    Laurette et Josephine.jpg

    On savait Laurette à la recherche d'une reconversion "après 25 ans de Camarade ministre, il est temps de te trouver un vrai boulot pour sauver ta petite pension de militante" lui ont dit, conjointement, papa Gaston et gran'amour Marc. 

    C'est vrai quoi, Laurette, il est temps que tu aies un vrai boulot et que tu ne sois plus dépendante de la rogne des libéraux, des humeurs de Milquet, de la panique des ouvriers et des chômeurs ou des convulsions du régime du Bartignac anversois. Les frère et sœur Daerden, les enfants du gainsbourre Michel, homme de spectacle bien connu du côté de Seraing poussaient la nouvelle pepette du cinéma belche. Laurette avait montré ses dispositions lors d'une imitation de la star Nabila dans la revue annuelle du premier mai socialiste.  http://www.youtube.com/watch?v=80_THgEfhPc

    Marc, qui a déjà réussi sa reconversion en glissant d'avocat à la mode à scénariste de séries popo (policiers populaires) pour la RTBF, a imaginé réécrire à la mode wallono-bruxelloise la série à succès "Joséphine ange gardien" qui cartonne chaque dimanche aussi bien dans les corons de Liège et Charleroi qu'au bords des piscines privées de Lasne et Uccle.

    Laurette reprend avantageusement le rôle de Mimi Mathy, dont elle a le sourire obsédant et un jeu plus visible devant la caméra, ne serait-ce que par la taille où, contrairement à la star française, on l'aperçoit dans les plans américains. Enfin, le personnage de Joséphine va comme une moufle à Laurette. Sans Joséphine la vie serait une catastrophe pour ses contemporains, et pour Laurette, elle serait "pire"... Joséphine fonce au secours de la mannequin en herbe, de l'homme d'affaires malheureux en amour, et du gamin qui se croyait orphelin,... Laurette enfonce l'allocataire social qui ne trouve pas de boulot, secoure, pour 15 jours, les 40.000 bébés-pauvres avec 150.000€ ou sauve, en même temps, l'industrie de l'alcool et la recherche sur la cirrhose du foie dans nos universités...

    Tous les jours sur La Une de la RTBF dès la reprise de janvier!

     

  • Santa Close

    Close Santa claose.jpg

     

    Ah! Néo aurait-il trouvé un second sponsor

    ps,close

  • Un avis positif sur la politique bruxelloise...*

    close,tourisme,ps

    * Comme promis à notre chroniqueur éthique, quelques pages positives sur la politique menée à la ville de Bruxelles...

  • Belote, rebelote et dix de der...

    close gagne .jpg

    Récapitulons les points gagnés: Yvan Mayeur, drivé par Laurette Onkelinx, gagne le mayorat, mais son rival à la ville, reçoit en échange la présidence du groupe socialiste au Parlement Bruxellois dont il est dorénavant le chef de groupe et la présidence du Parc des expositions. Présidence qui revenait de droit au Bourgmestre comme ce fut le cas pour François-Xavier de Donnéa et Freddy Thielemans, - pour ne citer que les deux derniers bourgmestres. Philippe Léchevin du Tourisme se trouve, ainsi, à la tête du "pôle économique", celui qui va créer des milliers d'emplois, non délocalisables, de garçons café, de filles de salle et de madames pipi dans les centaines de bistrots qu'il va créer dans le Pentagone, à Laeken et même à Haren entre l'OTAN et la nouvelle prison... Où il pourra écouler des hectolitres de bières pression que lui fourguera son copain, Sven Gatz, l'ex Open-VLD et présentement patron des brasseurs.

    Donc pendant que Philippe Léchevin* du Tourisme** bourre le bon peuple bruxellois et les dispendieux touristes addictes à la petite mousse, Yvan Mayeur, qui a gardé la main sur le secteur social, - CPAS, les hôpitaux d'Iris et le Samusocial, - s'occupera de les dessoûler et/ou d'envoyer les plus récalcitrants à l'Amigo, puisqu'il est aussi le chef des flics...

    L'Empire de Freddy le Zwanzeur est partagé entre ses deux héritiers.

    * Philippe Léchevin parce qu'Yvan Mayeur

    ** Philippe Léchevin du Tourisme parce que Geoffroy Coomans de Brachène