Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ecolo

  • Marie a un peu de temps libre. Analyse du marasme écolo.

    Marie nagy à du temps libre.jpg

    Où file ECOLO ?

    Les élections du 25 mai dernier sont catastrophiques pour notre Communautés des belges francophones. Les 4 partis traditionnels en sortent laminés. Ceux qui ont pris une éolienne et quelques dizaines de panneaux solaires sur la tête en sont si peu conscients mais que dire des 3 autres partis qui pensent, encore, les avoir gagnées ces élections.

    Le PS est tellement convaincu de son excellent résultat qu’il s’est précipité pour cadenasser les majorités régionales. Imaginez une seule seconde que le parti du Premier ministre se retrouve dans l’opposition à tous les étages. Non, le PS a préféré sacrifier le Fédéral, donc l’Etat Belgique, à ses petites affaires régionales. Prenons Bruxelles, le PS peut-il renoncer à tirer (les) profits de ses projets foireux, -  mais bien réels pour tous les socialistes qui y ont déjà trouvés refuge, - que sont Néo, le stade, le musée d’art moderne, le canal ou les multiples événements « festifs » organisé par la nébuleuses qui gravite autour du parti… Le PS a, donc, choisi, d’abandonner le Fédéral, ou le partage entre familles politiques est plus prégnant, et tant pis pour l’unitarisme de façade et le royalisme bonbon de « vingtetunjuillet », sauver le gagne-pain des mandataires est sa seule priorité. Et principalement celui de ses leaders. Vous imaginez Obama quitter la présidence de l’Union pour briguer le poste de gouverneur de l’Oklahoma ? Ou la chancelière Merkel se replier sur la présidence du land de Mecklembourg ? Non ! C’est une évidence ! Sauf pour Elio Di Rupo et Laurette Onkelinx…

    Ce choix qui met le MR en délire au point qu’il serait prêt à s’embarquer dans une aventure fédérale avec la N-VA, CD&V et sans doute le VLD ! On a fait grand cas du gouvernement sortant et de ses néerlandophones minoritaires à la Chambre. Le MR ne serait même pas minoritaire, il serait toléré dans un rapport de force de 20 (MR) contre 65 (N-VA, CD&V et VLD) Et ce n’est pas l’appoint du CDH (9 élus) qui sauverait les bidons francophones. En résumer, le PS abandonne l’Etat fédéral, et le MR le brade juste pour occuper quelques strapontins de ministres, histoire de ne pas rester 5 ans sans mandats rémunérateurs.

    Ne parlons pas du CDH qui perd les élections depuis 70 ans et finit toujours au pouvoir en se compromettant une fois à gauche, l’autre fois à droite agrippé comme une moule au CD&V… Reste les deux vainqueurs du 25 mai, le FDF et le PTB. Bien qu’opposé à la plupart des projets socialistes, le FDF s’engage avec le PS à Bruxelles et s’affirme légaliste. Sans doute pour rassurer les partis flamands bruxellois, mais plus certainement pour rassurer les socialistes et leurs petites affaires, donc le FDF contribuera à toutes les inepties, qu’il combattait hier encore, programmées pour la Région capitale par les socialistes. Quant au PTB, les premiers faits d’armes de ses élus démontrent, à ceux qui ne l’avaient pas bien compris, que le stalinisme s’accommode mal de la démocratie et que ce ne sont pas des idéalistes qui représentent le PTB dans les Parlements mais des apparatchiks roués aux calculs politiciens.

    Et chez ECOLO ?

    Lessivés comme jamais auparavant, cette fois, les Verts risquent de ne jamais s’en remettre ! Pourquoi ?

    Chaque participation gouvernementale d’ECOLO se conclut par une raclée électorale. Ce fut déjà le cas en 2003, quant une sanction forte des électeurs renvoya les Verts dans les cordes. Cornaqués à l’époque par le triumvirat Huytebroeck-Defeyt-Hordies – qui paiera la défaite de ses 3 têtes – le parti sortait de 4 ans, moins quelques jours, de présence gouvernementale. Et quelle présence, déjà effrayés par le pouvoir, les militants écologistes avaient choisi d’évincer leur leader, Jacky Morael, pour donner le poste de ministre à … Isabelle Durant et un secrétariat d’état à Olivier Deleuze. Un consensus mou qui donnera 4 années de gestion molle. Aucun des projets mis en chantier durant ces 4 années, moins quelques jours, n’a survécu à la démission des deux ministres verdâtres une semaine avant les élections de 2003. Ce qui étaient présentés par les démissionnaires comme un haut fait, un acte de rébellion même, contre leurs partenaires du Gouvernement (MR et PS) a fait pschittt et n’a pas contribué a restaurer l’image désastreuse donnée par leur gestion. Notons que parmi les deux ministres démissionnaires et les 3 secrétaires fédéraux qui démissionneront dans la foulée, tous, sauf Marc Hordies qui était déjà l’inconnu de service, poursuivront une carrière politique ascendante. Oui ascendante. Huytebroeck deviendra ministre (2 mandats), Durant, députée et même vice-présidente du Parlement européen (2 mandats), Defeyt, président du CPAS de Namur (2 mandats) et Deleuze, député puis bourgmestre de Watermael et co-président du parti.

    Visiblement, les échecs même cuisant, n’entravent pas la marche glorieuse des élites écolos ! Plus fort même, les ‘meneurs’ battus, surtout battus, sont les meilleurs leaders pour un parti dont les membres ont surtout une peur : celle du pouvoir. Le pouvoir frontal, celui qui s’affirme en assemblée, le pouvoir dont un chef use ouvertement. Chez ECOLO, la préférence va aux déculottés, c’est sans doute tout ce qu’il reste des velléités révolutionnaires manifestées en 1981 lors de la création du parti.

    Contrairement aux caciques bonobos écolos qui n’ont rien vu venir à l’approche du 25 mai dernier, j’ai été effaré par les murmures qui venaient du peuple francophone. Depuis le printemps, ceux qui m’affirmaient qu’ils ne voteraient plus ECOLO étaient les plus nombreux. Sans doute étais-je un bon catalyseur, fondateur d’Ecolo en BW, mandataire interne pendant 15 ans et échevin à la Ville de Bruxelles de 2001 à 2006, j’avais, tout en restant 100% écologiste, rompu avec un parti qui selon moi dérivait à droite…

    Votre gamin crashe sa mobylette, offrez-lui une moto !

    Après la défaite de 2003, ECOLO a certainement fait une analyse, mais sans doute pas la bonne. Comme il se prépare, une fois encore, à biaiser celle de l’échec du 25 mai 2014.

    Pourtant pour comprendre l’échec du 25 mai, il faut remonter à mai 2003. ECOLO s’écrase mais c’est « la faute des autres partis qui n’ont pas été très sympas avec les ministres vertueux ». Ce résumé rapide de l’analyse explique que nos grands battus et démissionnaires sont tous revenus aux affaires quelques mois plus tard et ont été présentés comme des incontournables. Et c’est vrai à tous les niveaux de l’appareil du parti. ECOLO se donne un nouveau duo de secrétaires fédéraux avec J.M. Javaux et… Isabelle Durant ! Personne chez ECOLO ne s’interroge sur les actions menées par la ministre sortante pourtant éreintée régulièrement par ses pairs du conseil des ministres et par la presse. Non, il faut recaser Isabelle, elle sera co-présidente avant d’être désignée comme tête de liste aux élections européennes. Dans le même temps, l’ex-co-présidente démissionnaire, Huytebroeck, est désignée comme tête de liste régionale à Bruxelles et deviendra… Ministre régionale. Votre gamin crashe sa mobylette, offrez-lui une moto !

    L'entre-soi

    C’est le début de l’entre-soi, chez ECOLO on se coopte les uns les autres. Je vote ta dérogation, et tu votes la mienne. Le mouvement perpétuel est installé. Dans chaque région, des baronnets locaux s’installent à perpète : Cheron, Nolet ou Nagy sont d’autres exemples mortels pour le parti. Un parti qui avait créé le changement en limitant le nombre de mandats consécutifs à 2. Huit ans plus tard, ces premiers élus inventaient la dérogation « pour faire bénéficier le parti de leur(s) compétence(s) ». La premières de ces compétences étant comment m’incruster en tête de liste au fil des dérogations successives ?

    Quand ECOLO a présenté ses têtes de listes pour les 3 élections du 25 mai, les électeurs ont tout de suite compris que les-mêmes se représentaient, parfois pour le 5ème ou 6ème fois, que les futures élus ECOLO seraient quasi tous les élus sortants ! Quel signal aux électeurs ! Et le 25 mai au soir, sur les 19 élus survivants, 18 d’entre eux sont des multirécidivistes dont Cheron, Durant, Huytebroeck, Doulkeridis, Genot, Nolet, Henry… La seule petite nouvelle, élue en BW, s’est empressée de demander une dérogation pour cumuler son nouveau mandat de députée wallonne et un mandat de conseillère communale. Jolie image d’un parti qui se prononce contre le cumul ! Mais qui ne s’est jamais prononcé pour la démocratie participative qui propose elle de distribuer les mandats publics à un maximum de personnes possible. Un élu = un mandat.

    L’électeur n’étant évidemment pas censé le voir… Ni même le penser !

    Sans revenir longuement sur la gestion des 4 ministres sortant dont les bilans respectifs approchent du zéro. Pas parce que leurs idées étaient mauvaises, mais parce qu’elles n’ont jamais été valorisées intelligemment. Les cafouillages de Nolet, les bafouillages de Henry ont déstabilisés plus sûrement les électeurs que les gazouillis d’Emily Hoyos. Ce qui n’excuse en aucun cas le duo présidentiel. Olivier Deleuze n’est plus crédible depuis des années, ses allers retours entre des mandats publics (quand ECOLO gagne les élections) et ses démissions pour rejoindre des emplois même dans des ONG quand ses couleurs s’effritent avait déjà entamé sa crédibilité, que son accession au maïorat de Watermael-Boitsfort a définitivement fissurée. C’est un peu comme si ECOLO avait négocié sa participation à la 6ème réforme de l’Etat contre un bourgmestre à Bruxelles et une présidence d’intercommunale liégeoise… L’électeur n’étant évidemment pas censé le voir… Ni même le penser !

    La sortie d’Isabelle Durant, « c’est la tête de liste (à l’Europe) si non rien » a rajouté une couche à la déception de certains électeurs potentiels. Surtout que quand elle est battue, elle répand son amertume dans les médias et finit par rentrer par la fenêtre sur la liste régionale bruxelloise… Tout en ayant pris soin de placer sa fille à la troisième suppléance de la même liste, tandis que le gamin de Dédé Drouart, un autre roi du saute mandat, occupait la seconde place. Le syndrome « fils ou fille de » tant décrié chez les autres partis, vient de débarquer chez ECOLO…

    Faire campagne mais entre nous

    Autre petit baromètre de campagne, les réseaux sociaux. Alors que les candidats s’évertuaient à mettre des jolies photos de leur distribution de tracts ou commentaient leur dernier ‘débat’, il suffisait d’aller regarder qui « like » leurs infos. Personne d’autres que des écologistes militants dans le quartier ou village voisin… Faire campagne ‘entre-soi’, cela n’apporte pas beaucoup de renouveau !

    ‘L’entre soi’ est vraiment le mode de fonctionnement d’ECOLO, les élus se cooptent, par dérogations, entre eux, et les militants font campagne entre eux… Dernière preuve du repli sur soi, ECOLO peut désigner un sénateur coopté. Il pourrait lancer un nouveau, non, le Conseil de Fédération désigne une sénatrice sortante non réélue.

    Enfin, entre temps ECOLO a désigné une commission composée de trois vieux de la vieille pour analyser la déconfiture… La moitié du parti n’y croit déjà plus ou pas et demande une autre procédure plus ouverte aux militants…

    Déjà une ministre sortante, Huytebroeck, demande la démission des co-présidents faisant, ainsi porter tout le poids de la noyade sur les capitaines et exonérant les 4 ministres sortant d’une analyse de leur mandat.

    Donc voilà ECOLO repartit pour 5 longues années d’opposition, coincé entre un MR furieux et revanchard et un PTB nettement moins lisse et plus accrocheur… Bonne chance aux papys et mamys écologistes pour exister. Surtout les ministres sortant…  Mais ce qui à terme doit les rassurer, c’est qu’ils seront les mieux placés, grâce à leur incontestable expérience, pour se coopter aux places utiles aux prochaines élections de 2019 !

    Prochain objectif :

    OU diviser, une fois encore, le nombre d’élus par deux. Et ainsi de suite jusque quand tous les vieux mandataires seront tous renvoyés, avec la prime de non réélection, à la pension.

    OU Tous les élus du 25 mai démissionnent et cèdent leur mandat à leur suppléant respectif. Ceux-ci ont 5 années d’opposition pour apprendre le métier de parlementaire et redonner vie et espoir à l’écologie….

     

     

  • "Démission! Démission!" crie l'ex-ministre aux co-présidents...

    Huyttebroeck.jpg

    C'est la déglingue chez ECOLO. Quand on gagne même si on ne sait pas comment on l'a fait, on est tellement content qu'on oublie qu'on ne s'aime pas. Mais quand on perd, alors là, c'est la grosse fâcherie!

    Déjà dimanche dernier, le d'habitude si jovial Marcel Cheron fissure tout un parc d'éoliennes sur le plateau 'Mise au point': "Ah je les connais, moi, les CDH!" lance-t-il à Dédé Flahaut cet autre nivellois fustré à chaque élection, et il ajoute "ce sont des menteurs! Les CDH!". Et, il faut reconnaître que Marcel Cheron s'y connait en CDH et même en vieux CDH périmés qu'on appelait jadis PSC. Vers le milieu des années 1980 du siècle précédent, le PSC est déjà tiraillé entre sa gauche et sa droite, les deux côtés de la feuille du centre politique, avec toujours le même résultat, la droite fini par s'imposer. Avec quelques autres cathos de la "gauche" du centre-droit, notre Marcel crée un parti le SeP* censé bouffer l'électorat des écologistes. Puis comme il en fera une tradition personnelle, le parti de Marcel Cheron fait du vent et pas de voix, aux législatives de 1985, il flope et notre Marcel en gilet de sauvetage orange est recueilli sur la barque des écologistes. Voilà pourquoi, notre Cherontocrate** connait si bien les CDH descendants directs des PSC.

    Revenons à l'analyse de l'ex-ministre régionale Evelyne Huytebroeck. Les co-présidents d'écolo doivent tirer la leçon de l'échec du parti aux élections du 25 mai dernier et démissionner. D'ailleurs, elle-même avait démissionné de la co-présidence d'écolo en 2003. Deux réflexions sur cette prise de position:

    1. En réclamant la démission du duo présidentiel, l'ex-ministre designe les co-présidents comme les seuls et uniques responsables de la déroute du parti vert! La Ponceuse Pilate de Forest se lavant les mains, et celles de ses copains ministres: Doulkeridis, Henry et Nolet, de toutes implications dans le naufrage de leur 'Titanique'. Elle a sûrement raison quand on se souvient du brio des quatres mousquetaires ministériels... Mieux vaut ne pas trop analyser ces années de mandats.

    2. La stratégie de la démission a été éprouvée et validée par l'ex-ministre, puisque démissionner de la présidence du parti en 2003 ne l'empêchera pas de devenir ministre quelques mois plus tard. Evidemment de bilan négatif en bilan négatif on ne s'étonne pas de la raclée du 25 mai...

    * Solidarté et Participation (SeP) est un ancien mouvement créé le 26 mars 1983 à Nivelles, puis parti politique en 1985 issu du MOC. Il a subi un échec électoral aux élections législatives et provinciales de 1985.

    ** Marcel Cheron siège depuis 23 ans sans discontinuité dans un parlement ou l'autre où une demi douzaine de sièges se souviennent de son éloquence. 

  • 2.500 emplois chez Delhaize, 500 chez ECOLO

    Alors que le boutiquier PTB voulait engager à Charleroi, les épiciers Delhaize et Ecolo annonçaient respectivement des plans sociaux ravageurs 2.500 emplois et 14 magasins chez le Lion et 500 emplois et 3 supérettes chez ObibiO.

    Benoit Hellings.jpg

    Rapidement l'épicier biocal a fustigé le plan de restructuration de la chaîne au Lion: "C'est à cause des selfscannings que Delhaize licencie..." a dénoncer Benoit Hellings, responsable du rayon vain de la Supérette de la rue de Louvain à Bruxelles. Mais bon sang, c'est bien sûr! Et d'ailleurs si les clients achetaient deux fois plus, Delhaize engagerait deux fois plus de caissières... Et si les clients d'écolo avaient été satisfait du service après élections, ils auraient sûrement commandé des nouveaux oliviers pour 5 ans...

    C'est d'un con la vie...

  • ECOLO analyse (et relativise) son échec

    hoyos relativise.jpg

    C'est pour renouveler ses élus qu'ECOLO a mis en place une stratégie qui se voulait imparable. Elle l'était, presque, puisque Paula Noix, François Roelants de la Mare, Rosetta-Sandra Daerdene et Jean-Pierre Daras n'ont plus été réélus!  

    On se disait aussi que cela ne pouvait être que stratégique. Il faut bien trouver une parade aux députés qui, à coups de dérogation, réussissaient à ce faire réélire depuis des décennies. Toutefois les mailles du filet étaient trop larges, puisque Isabelle Dupan, Muriel Giberne, Yvan Marc Mollet, Christos Kojakidis, Evelyne Huîtrebroeck et quelques autres, comme l'inamovible Marcel Chevron, entament leur ixième mandats publics.

    Enfin, Marie Nagy ne serait plus réélue, on se demande qui fera le café (colombien) dans le groupe parlementaire?... Il y a un mandat annexe à pourvoir!

  • Pour faire de la politique, il faut une ou deux idées...

    Nagy 70 idées.jpg

    Marie Nagy met à profit les élections du 25 mai prochain pour offrir à ses nombreux contradicteurs une sorte de best off des idées qu'elle aurait eues pendant sa longue carrière politique, 25 ans à cirer les banquettes des différents parlements de la Région bruxelloise et du Fédéral. C'est ce que l'on appelle le développement durable...

    70ème d'une liste régionale des verts qui ressemble à un fonds pensions, coincée entre ses vieilles copines Isabelle Durant (68ème) et Evelyne Huyttebroeck (71ème).  Si Durant et Huyttebroeck ont toutes les chances d'êtres élues, une fois de plus, sur leur notoriété, ce ne sera sans doute pas le cas la turbulente multirécidiviste... Enfin, ne vous inquiétez pas trop, même non réélue, elle bénéficiera, pendant deux ans, de son salaire de parlementaire, il y a des sans-emplois qui s'en sortent moins bien.

    Et elle continuera à entendre des voix (de Bertin Mampaka) au Conseil communal de la ville.

     

      

  • Et ils furent heureux et eurent beaucoup ...

    Bertin dérapé désolé.jpg

    Aujourd'hui au Conseil communal Bertin Mampaka arrivera de Notre-Dame de Laeken sur les genoux... De qui?

    En fait Bertin Mampaka ne s'est jamais excusé. sauf si on pense qu'en disant "qu'il n'avait jamais dit ça, et que d'ailleurs, il n'était pas homophobe" cela ressemble à des excuses...

    En disant cela Bertin Mampaka a dit, simplement, que d'une part, on ne prête qu'aux riches et que, d'autre part, Marie Nagy entend des voix et qu'elle et Michaël François ont un terrible besoin d'exister politiquement.

    Et que fait-on quand une 'personnalité politique' n'existe pas politiquement ou elle fait des annonces dans la presse sur des sujets aussi loin que possible de son mandat et de ses compétences, juste pour attirer l'attention, ou elle annonce qu'elle va ester en justice pour un délit du style injures en surfant sur la vague de la pensée bien-pensante. L'homophobie est un bon thème, comme le racisme ou le sexisme, il y a toujours moyen de fustiger quelqu'un d'avoir tenu des propos que la "bonne morale réprouve" pour le moment...

    Accuser Bertin Mampaka n'était donc pas difficile, on sait qu'il a le sang chaud, la réplique facile et la colère, des faits antérieurs le prouvent, assez souvent mal contenue: il pense, aussi, que "l'on s'acharne sur lui parce qu'il est noir.".

    Ça tombait bien, le conseiller écolo se sent le centre de toutes les phobies et mesquineries parce qu'il est homo... Accuser le conseiller noir, qui se sent victime des racistes, d'homophobie, c'était, à l'évidence, le meilleur candidat susceptible de déraper...

  • Le PS dégringole, le MR stagne, la bataille sera rude pour la 3ème place entre le CDH et ECOLO

    cdh,ecolo,mr,ps,bertin,minorités,cumul,élections 2014

    Prochain match d'impro entre les champions CDH (Bertin M.) et ECOLO (Mika El F.), lundi 17 février 16h, salle du Conseil Communal. 

    Le débat vole très haut entre les deux partis de l'opposition, entre Marie Nagy qui a entendu et  Joëlle Milquet qui n'a rien entendu. Les deux têtes de file de l'opposition étaient interviewées dans le journal de la majorité, et surtout du PS, le Brusseleir (n°92 décembre/janvier). Et c'est un sommet d'idioties et peut se demander pourquoi ces dames qui "ont une grande expérience politique" acceptent de répondre à des question comme: "Vos autres fonctions politiques ne vous éloignent-elles pas de la Ville de Bruxelles?" ou "Quel est votre lien personnel avec la Ville de Bruxelles? Parlez vous Bruxelloises nées?" Et l'une répond qu'"elle est née et a grandi à Bogota" et l'autre, ... à Charleroi mais était souvent à Bruxelles"...

    La première question  faisant "finement" allusion aux cumuls de ces dames (Nagy est députée régionale et Milquet, Ministre fédéral), Il faut oser quand les 3/4 des membres du collège de la ville cumulent lourdement: Mayeur et Lalieux sont aussi députés fédéraux, Courtois est sénateur, El Ktibi, Ouriagli, Close, Lemesre et Ampe sont députés régionaux ! 

    Il faut être gonflé pour oser poser cette question et être totalement nulle pour y répondre benoîtement en cherchant à justifier qu'elles cumulent pour la bonne cause.... Comme s'il existait une bonne raison de cumuler des mandats!

  • Les Exasperts

    ps,mr,écolo,bourgmestre,social,fric,éthique

    D'habitude on ne se préoccupe guère des prises repêchées dans le gros filet de TVB, ça glouglousse et ça ne mange pas plus de pain que les canards botuliques. Mais cette fois, c'était différent! Au bout de la table, il y avait l'échevin de l'urbanisme Gaufrette Cooman de Brachène, le seul type qui sait tracé une croix de Lorraine avec les rides de son front, et Mamie Nagy la championne de l'opposition, 25 ans de politique dont 25 d'opposition. Tout le monde s'en lasse sauf elle.

    Le débat valait le détour puisqu'il était consacré dans sa quasi entièreté au "tournez manège" socialiste. Le scoop est venu de l’Écuyer MR qui balance: "Les attaques contre Madame Peraita viennent du PS!" Tout le monde pensait que c'était des attentats menés par le groupuscule CDH puisqu'elles -les attaques- étaient revendiquées par Joëlle Milquet. Et bien non, c'est le PS qui s'explose lui-même. La tendance Mayeur déboulonne Freddy, réplique des frères Closeman: ils mettent le feu au Samusocial.... C'est tout juste si Mamie Nagy ne réclamait pas la libération des otages écolos enlevés il y plus de 6 ans par les fractions socialistes. Qui sait ce que sont devenus Marie-Paule Mathias et Michel Barnstijn... Ok, tout le monde s'en fout, mais ce n'est pas une raison pour cesser de revendiquer! Ne serait-ce qu'au nom de l'éthique!

    Mamie Nagy trouvait que le jeu de chaises musicales au PS, c'était un problème d'éthique, l'appartement socialo de Pascale Peraita, c'est une faute éthique, et le (gros) salaire de la blonde, c'est, en cette période de crise, une atteinte à l'éthique. Et Mamie elle sait de quoi elle jaspine, en 1995, quand Henri 'Persoquet' Simons (ECOLO à l'époque) devient échevin de l'Urbanisme et crée, pour se faire conseiller, la Délégation au Développement du Pentagone (un brol qui ne fera jamais rien de bien durable) et qu'il place à sa tête un certain Vincent Bristol, toute la ville, écologistes compris, est tombée de sa chaise en découvrant que la rémunération demandée et obtenue par le sieur Sous-Main van Bosvoorde était plus élevées que celles des échevins... 

    Mais cela n'a rien à voir, à l'époque ce n'était pas la crise! Et quand tout va, l'éthique on peut s'asseoir dessus...



  • Sabine Laruelle quitte la politique !

     

     

    Marie Nagy voudrait pouvoir s'arrêter...

    Marie Nagy ne peut pas arrpter.jpg

  • ECOLO tête de nœud!

    ECOLO désigne sa tête de liste pour les élections européennes de 2014. Ils ont le choix entre Isabelle Durant, Philippe Lamberts, Isabelle Durant et Isabelle Durant.

    ecolo,élections 2014

    Seule complication pour les (nombreux) électeurs, "maman" Durant annonce que si elle n'est pas désignée tête de liste, elle se retire à la maison de retraite "Les vieux Verts". C'est une première, les militants d'un parti peuvent pour la première fois pensionner une de leur élue.

    "Ce n'est pas un chantage" précise la future tête de liste. La preuve, Marie Nagy et Marcel Cheron se refusent de lier leur présence sur les listes ECOLO à un éventuel départ à la retraite...

  • 468.000 plafonnés à 440.640. De l'intérêt du peuple à ne pas renouveler ses Parlements.

    Onkelinx plafonnée à 440 640.jpg

    Sacrée Laurette Onkelinx, ça fait 26 ans qu'elle passe d'un ministère à un autre en pratiquant sa politique de la terre brûlée, et elle vient de trouver son slogan pour solliciter, une fois de plus, nos voix: Si elle n'est pas réélue, l'Etat (donc nous tous!) devra lui verser 440.640€ comme prime de non-réélection! (Voilà de quoi faire rêver les travailleurs d'Arcelor-Mittal!).

    On vous explique vite le calcul. Les élus s'octroient 2 mois de préavis payés par année de mandat*. Laurette a déjà tiré 26 années de mandats divers et variés, soit 52 mois de préavis. Chaque mois est payé environ 9.180€ soit 477.360€.

    Mais heureusement, nos parlementaires ont un sens aigu de la justice et ils ont plafonné ce préavis à un maximum de 440.640€ (soit 24 ans de mandats). Donc, Super Laurette "perdrait" 37.220€ mais cela veut surtout dire que Laurette ne coûte plus rien à l'Etat, donc à nous. 

    Il est, donc, nettement plus intéressant de réélire les vieilles casseroles plutôt que d'en élire de nouvelles. Un autre exemple?

    OK, un exemple au hasard chez ECOLO. Pour qui voter entre Marie Nagy, Benoit Hellings ou Ève Vertueux? Marie Nagy cumule 24 années de mandats soit 440.460€ de préavis à lui offrir en cas de non réélection. Benoit Hellings, qui a fait deux fois des remplacements, a, à la grosse louche, 3 années de mandats, soit 55.080€. Une paille, mais heureusement pour le sosie vert de Francis Delpurée, les élus magnanimes s'ils ont fixé un plafond, ils ont aussi pensé à un plancher fixé à 12 mois minimum (donc 6 années de mandats) soit 110.160€**. Quant à Ève Vertueux, nouvelle militante qui n'a jamais connu de mandat jusqu'ici elle ne coûtera rien si elle n'est pas élue.

    Mais attention, ce serait trop simple, admettons qu'ECOLO Bruxelles obtienne UN élu et qu'il siège 4 ans. Cet élu coûtera à la collectivité 440.640€ (48 x 9.180€ de salaire mensuel).

    Si c'est Madame Vertueux qui est élue, elle coûtera 440.640€ de salaire, mais nous devrons, aussi, dédommager Madame Nagy (440.640€) et Monsieur Hellings (110.160€) en versant leur préavis. Soit un total de 991.440€.

    Par contre si nous réélisons une fois de plus Madame Nagy, outre l'habitude et le bégaiement démocratique, cela nous coûtera, à nous les électeurs, que 550.800€! Le salaire de Madame Nagy pendant 4 ans (440.640€) et le préavis de Monsieur Hellings (110.160€). Puisque Madame Vertueux ne nous coûtera rien , nada, niets puisqu'elle n'a jamais eu de mandat!

    Voilà pourquoi il est de l'intérêt du peuple de ne pas renouveler (trop) ses parlementaires!

    * Un travailleur "normal" à 3 mois de préavis par 5 années de boulot!

    ** Pour encaisser les 110.160€ offerts en cas de non-réélection, il suffit de siéger UN jour, même UNE heure ou UNE minute. Si le gouvernement tombe dans la minute qui suit votre prestation de serment, c'est BINGO, vous gagnez 110.160€! Et dire qu'il y en a pour jouer au win for live...

  • Théorie de l'évolution écologique

    doulkeridis.jpg

    Christos Doulkeridis, le secrétaire régional au logement et beaucoup d'autres brols, est désigné par Le Soir, comme étant LA tête de liste naturelle d'Ecolo à Bruxelles.

    Il y a pas si longtemps ECOLO organisait des assemblées générales pour désigner ses candidat(e)s aux élections, aujourd'hui ECOLO repique de l'ADN des élus sortants et ils deviennent des "candidats naturels" en tout cas pour ceux qui se véloproclamme tête de liste. Comme Marcel Cheron à Nivelles par exemple. En fait le seul candidat "pas naturel" est Bernard Wesphael puisqu'il a quitté ECOLO. Si non tous les élus sortant sont "tête de liste naturelle"...

  • Mais qui sont nos ministres* régionaux: les verts.

    ecolo région.jpg

    C'est vrai à la fin, qui sont nos ministres régionaux*? Et à quoi pensent-ils pour les 9 mois qu'ils ont encore à tirer au Gouvernement régional. Première équipe de l'arc-en-ciel, les Verts. Evelyne Huytebroeck, Christos Doulkeridis  et Bruno De Lille

    * ministre et secrétaire régionaux 

  • L'affaire des dalles chinoises

    Notre Ecuyer gambadait sur le Carrefour de l'Europe, juste en face de la gare Horta la plus sale du monde, quand il sentit craquer sous son aristocratique pied une dalle en pierre bleue garantie comme Belge. Intrigué messire Coomans de Brachène fit déceller la ci-devant pierre bleue. Scandale! Elle est chinoise et donc moins solide et, surtout, moins chère que nos chères pierres bleues nationales.

    coomans de brachène les dalles.jpg

    L'échevin MR de l'Urbanismre n'y est pour rien. Le nouveau visage du carrefour de l'Europe a été conçu aux temps (lointain) d'Henri Simons (EGO*) et réalisé et inauguré (dans une époque à peine plus récente) par Christian Ceux (CDH).... "C'est une question de principe", admit l'échevin Coomans qui exige que l'entrepreneur refasse tout le carrefour à ses frais.

    Tant qu'il y est, Mr de Brachène pourrait se balader rue Neuve, on ne sait si les machins qui recouvrent le sol sont chinois ou quataris mais ils n'ont jamais tenus! Mis-à-part les pavés de la place des Martyrs, aucun revêtement de sol ne tient la rue (ou la place) à Bruxelles...

     

    (EGO*) Henri Simons fut d'abord écolo avant de devenir socialo, comme c'est un peu démago, et plus rigolo, d'expliquer le distinguo. Grosso-modo simplifions le chromo et affilions le virago presto au parti de son EGO évite tout quiproquo sans crier haro sur le héro sans remettre du guano sur ce zéro mollo.

  • Elio dans ses rêves les plus branquignols...

     

    Depuis une quinzaine de jours, le Premier se voit annonçant son abdication au profit de son fils morganatique Fausto.

    elio et fausto.jpg

     

    Balasz.jpg

    Selon l'historien mon’archiste liégeois, Oufti Balazs-Söszlapinn) Fausto a été élevé, jusqu’ici, discrètement, par son père dont il porte le nom, Gonzague Beauelle, industriel dans les chinistes et sénateur honoraire MR  

    Depuis cette annonce qui a surpris tout le sérail politique sauf la ministre de l’intérieur qui écoute tous les notabilités que compte le royaume, Joëlle Milquet : "J’ai recyclé les babyphones de mes nombreux enfants pour mettre tout le Gouvernement sous écoutes…"

    La surprise passée, chacun a voulu dire son émotion et flatter le Premier sortant 

     

    Louis Michel.jpg

    jean michel javaux.jpg


    Ensuite, Le Premier sortant a organisé des rencontres gastronomiques et des galipettes dans le parc avec ses ministres en seconds,

     

    Laurette Onkelinx.jpg

    tierces et quartés dans le désordre, a reçu des cadeaux utiles pour un retraité, a posé pour les photos de groupes et est allé à la rencontre de son(ses) peuple(s) à Wilrijck, Marcinelle et Quaregnon…  

     

    Barst de wever.jpg

    Puis, le grand jour est arrivé, Fausto, qui attendait ce moment depuis 20 ans, ne se tenait plus, il voulait déjà qu’il soit midi ! Minuit même !

     

    Milquet Joëlle.jpg

    Que le feu d’artifice soit tiré, et son père aussi, qu’enfin il occupe la « grande » chambre de la maison famillroyale. Enfin, il pourra choper le 4x4 de son petit frère Lorenzo, parce que dorénavant c’est lui qui décide, qui est le cheffeke ! Et cacher les charentaises d’Elio (qui a perdu son numéro privé en abdiquant) pour qu’il ne vienne plus trainailler dans son peignoir entr’ouvert dans la cuisine du petit-déjeuner au souper…

     

    Freddy Thielemans.jpg

    Mais tout ceci est un rêve ! Ceci est impensable, monsieur indispensable n’abdiquera pas, les tribus Couards qui occupent le territoire Belgique craignent toujours le pire, que le PS tombe sur sa tête, par exemple. Ils ne l’accepteraient jamais. Dommage ! La Belgique a, vraiment, besoin d’un renouveau politique, et dans tous les partis !

     

    Nadia Geerts 2.jpg


  • Il semblerait qu'écolo soit contre le (nouveau) plan de stationnement, dit "Plan Lemesre"

    nagy parle.jpg

    Si on comprend bien la cheffe de groupe écolo dans l'opposition au Conseil communal, les verts sont contre le plan de stationnement. Plan négocié avec les commerçants qui ne va améliorer ni le stationnement, ni la mobilité des automobilistes ou des transports publics, ni l'état des caisses de la ville.

    Parce que contrairement à ce que veut dire madame Nagy sur son site, il n'y aura pas d'apports significatifs pour la ville. Au contraire, les concessions faites par le Collège au commerçants principalement, - mais aussi aux fonctionnaires, enseignants, et autres navetteurs. quotidiens, vont plutôt avoir un effet négatif sur les caisses de la ville.

    Mais bon, j'avoue que l'argument développé par écolo est un peu, comment dire, fumeux, peu clair dans son expression. Sans doute qu'ils (et elle) veulent dire qu'un plan de stationnement ne se conçoit pas indépendamment du plan de mobilité et qu'il (le plan de stationnement) ne doit surtout pas servir à ramener de l'argent à la ville.

    C'est un peu comme promouvoir l'image de la ville ne doit pas avoir pour objectif de faire venir de plus en plus de touristes. L'idée serait plutôt de faire une ville agréable pour ses habitants, ce qui contribuera à valoriser l'image de la ville, et par conséquence, fera venir des touristes. Mais pas trop de touristes, parce que l'excès nuit toujours. Et trop de touristes ternira l'image de la ville. Mais bon, allez expliquer cela à l'échevin du Tourisme...

  • Et chez ArcelorMittal? Et Caterpillar?

    parapluies.jpg

    (Le Gouvernement Wallon en réunion)

    Vous vous souvenez, il y a quelques mois, Jean-Claude Marcourt allait "offrir les oreiller et la queue" de Mittal aux sidérurgistes en grève et de Jean-Marc Nollet, lui, annonçait qu'il "irait dans l'Illinois" s'il le fallait pour transformer les chenilles des bulls en papillons...

    Visiblement la date de la corrida de Marcourt n'est pas plus fixée que celle du premier vol pour Chicago au départ de Charleroi...

  • 2044: Elections européennes. Ne jamais changer une équipe qui gagne!

    Durant Lambertz.jpg

    Qui sera tête de liste chez ECOLO? Comme en 2009, en 2014, en 2019, en 2024, en 2029, en 2034 et en 2039, Isabelle Durant, 88 ans, et son challenger habituel, Philippe Lamberts (80) sont les candidats les plus sérieux. Madame Durant rappelle qu'elle a bien connu Dany-le-Blanc, qui vient encore d'animer le printemps '38 en dépavant les rues de Paris autour du Ministère des Retraités et autres Pensionnés, et qu'elle espère toujours reprendre la place de chef de file des Verts au Parlement euiropéen. Monsieur Lamberts, lui, fait campagne sous le slogan bien senti: "Place au Jeune!" et se fixe comme objectif principal de (continuer) à réguler la dernière banque de l'Union, la Deuschegross&grasseBNP Dexiaplusbas Santander LloydING RabobingBank Kommerz ex-agricole crédifoutu luxKB Vaticano&Vaduz Pouetpouet Barclays and bros Associés et organisés en banque. (ouf!).

    Le pool qui devait se tenir en octobre prochain a été annulé par les secrétaires perpétuels d'ECOLO Olivier Deleuze et Emily Yoyos. Rappelant que depuis 2004, le plus grand écart entre les deux candidats a été enregistré en 2009, 1 voix(*), par souci d'économie, les secrétaires fédéraux proposent que la tête de liste soit attribuée, comme chaque fois, à Isabelle Durant par pile ou face. C'est le vénérable député nivellois Marcel Cheron qui aura l'honneur de lancer la pièce et peu importe sur quelle pile elle tombera, puisque à plus de 3mm le vénérable ne voit plus rien et on lui a dit de dire "face"!

    (*) En 2014 et 2019, Mr Lamberts avait offert, la première place par galanterie. En 2029, les deux candidats avaient, semblent-il, bourré les urnes. Pour éviter la reproduction d'un tel scénario, les sages du parti avaient attribué la tête de liste à la candidate qui avait le plus d'expérience en 2034. L'assemblée n'avait pas pu se tenir en 2039 suite à la grève des bagagistes de Zaventem et la chute au ski de Melchior Wathelet qui l'avait empêché de venir, comme d'habitude, casser la grève, bref madame Durant qui organisait l'AG sur sa terrasse n'avait pas eu de contradicteur.

    On rappellera à nos lecteurs qu'en 2024, les élections n'avaient pas pu se dérouler en Belgique. La négociation de 2020, entre Béatrice Delvaux (Le Soir) et Francis Vandewoestijn (La Libre), avaient abouti à l'abdication du Roi Albert II à condition que les gouvernements et l'ensemble des élus restaient en poste pour 10 ans, le temps requis pour que Philippe s'habitue à son nouveau boulot.

  • Pierre Van Roye déplace les limites de la militance...

    Pierre Van Roye, un des pères historiques d'ECOLO, vient de nous quitter après une longue vie de 88 mai (68) et d'autant d'octobre (17) de luttes. Pierre a été militant aux Amis de la Terre, avant de devenir en 1981 un des premiers élus, sénateur, d'ECOLO. avec notamment Olivier Deleuze et José Daras.

    Replié sur le groupe local de la Ville de Bruxelles, Pierre a été notamment conseiller au CPAS jusqu'en 2000 et assumera de nombreux mandats dans le logement et la culture.

    J'ai eu le plaisir de partager, avec lui, l'animation du groupe local de 1995 à 2000.

    Pierre avait toujours sa porte ouverte et un potage chaud à vous proposer. Son appartement était baigné de grandes musiques et de souvenirs de luttes.

    Je suis certain que là où il se trouve aujourd'hui, Pierre continuera la lutte contre l'injustice, la pauvreté, les inégalités, la sauvegarde de notre Terre.

    Ne t'inquiéte pas Pierre, on arrive bientôt pour être à tes côtés.

    A sa compagne Nicole, à ses enfants, toutes nos pensées durables.

    Philippe

  • Marcel Cheron, victime d'une surcharge, pète les plombs

    Après le ministre wallon de l'énergie, Jean Marc Nollet, c'est l'éternel élu vert du Brabant wallon qui pète les plombs en direct à la RTBF. Invité de Bertrand Heene dans l'émission matinale Matin Première il affirme que les éoliennes brassent du vent mais ne produisent pas plus d'énergie que Willy Borsus...

    Marcel Cheron copie.jpg

    On savait que Willy Borsus n'a jamais allumé une ampoule de 15 watts par la seule énergie de sa pensée (même) libéraloïde.

    le pétage de plomb de l'improbable Marcel est la démonstration qu'un mandat, c'est bien, deux, ça va mais trois mandats et plus, bonjour les dégâts! Cet épisode va-t-il encourager l'ancien militant catho de (la) gauche (du PSC)* à raccrocher et laisser la tête de la liste verte du Brabant wallon à un jeune?...

    (*) Solidarité et Participation (SeP) devenu rapidement Solitude et Pérénité...

  • Bruno De Lille sponsorisé par Win for Life

    De lille win for life.jpg

    Bruno De Lille est le créatif du Gouvernement régional, - c'est dans ses gènes, il faisait de la radio à la VRT,  - il vient d'inventer un nouveau concept: les automobilistes qui respecteront les limitations de vitesse, notamment, dans les zones 30, seront récompensé par des "win-for-life"!

    Je vais m'acheter une voiture pour pouvoir participer à la grande loterie! Les citoyens qui ont (déjà) fait le choix des transports en commun sont discréminés! ils ne peuvent pas concourir! C'est en contradiction avec l'égalité des citoyens. Que compte faire le Secrétaire régional à l'égalité des chances?

    Dans le même créneau, le Secrétaire régional peut offrir une voiture aux cyclistes qui ne roulent pas sur les trottoirs ou distribuer des cuberdons à ceux qui ne crachent plus leur chewing gum sur le macadam...

    La ville devient un vaste jardin d'enfants où les gentils sont récompensés ...

  • C'est le pompon, Persoquet est modeste !

    Persoquet Modeste.jpg

    Fallait pas être devin pour se douter que Persoquet allait répondre aux allégations de Jacky Morael (cf, Le Soir du 16/3 et notre note du 17/3 "Jacky Morael déculotte Henri Simons".) Dans Le Soir du 18 mars, il a répondu!.

    Cela mérite une solide mise au poing!

    Je peux, évidemment, affirmer qu'Henri Simons n'a jamais magouillé en politique et il n'avait monté aucune cabale contre Jacky Morael. Au contraire, C'est grâce à Henri Simons que les accords de majorité ont été entérinés par l'AG d'Ecolo. Malgré que des bruxellois (certains, d'autres) étaient contre et que Morael a manoeuvré comme un manche de pelle à neige. En juillet! Quel nul!

    Et pourquoi, tu aurais, toi Simons, mis des bâtons dans les roues d'Evelyne Huytebroeck? Ta (grande) amie. Comment oser penser cela de toi qui n'as fait de la politique que parce qu'on te suppliait, à chaque élection, d'accepter la tête de liste (sans quoi tu n'aurais même jamais pu être élu !) et tu étais, à chaque fois, désigné volontaire pour occuper le mandat de parlementaire ou d'échevin qui, en réalité, il faut le dire, ne l'intéressait même pas.

    C'est comme en 2004, quand ECOLO a accédé au pouvoir à la Région Bruxelloise, tu t'es beaucoup impliqué dans les négociations, pour rendre service, et tu n'as cessé de t'inquiéter de la "capacité" de ta grande amie Evelyne (Huytebroeck) "à assumer un mandat de Ministre". "Tu ne penses pas que je ferais un meilleur ministre qu'Evelyne?" t'inquiétais-tu auprès des militants estomaqués de tant de sollicitude désintéressée..

    Cette amitié qui te verra, cher Henri, pousser l'abnégation jusqu'à me demander de te céder la présidence de Bruxelles Tourisme - Informations Congrès (BITC, l'ancêtre de Visit Brussels) que j'occupais comme échevin du Tourisme, pour que tu puisses... comment dire sans trahir ta modestie ...Etait-ce pour pouvoir "aider ton amie Evelyne" ou "obtenir une compensation" puisque tu n'étais pas devenu ministre! Tu étais tellement convaincu que je comprendrais ton "désarroi" que tu avais déjà annoncé partout, chez Ecolo et au PS, que je te cédais ce mandat. Et ce n'était pas si simple, pour que tu puisses me piquer mon mandat (oh gentiment, hein!), il a fallu modifier les statuts du BI-TC, faire monter des PS (2 ou 3 dont le bourgmestre Thielemans) et des CDH pour respecter l'accord de majorité communal et la clé de répartition D'Hondt qui organise le rapport de force entre les partis d'une majorité. 

    Et quand tu as pu, enfin, occuper ce mandat, il ne t'intéressait déjà plus. Toujours ton abnégation légendaire. Tu préparais déjà les élections communales de 2006 en bricolant un accord avec Marie Nagy qui te garantissait la tête de liste d'ECOLO et, comme tu le pensais, un troisième mandat d'échevin. Un bel accord qui déchirait notre groupe ECOLO et ses échevins, Marie-Paule Matthias et quelques uns de ses proches passaient au PS, Bruno De Lille (Groen) s'alliait au SP.a et moi je m'enfuyais dégoutté par la politique. Les élections étaient une catastrophe, tes négociations un cataclysme, mais tu avais tout prévu, tu es passé au PS. Tout cela est d'une telle évidence, c'est la faute à Jacky Morael.

  • Persoquet déculotté par Jacky Morael

    Jacky Morael, avant Beatrix d'Orange, Benoït XVI et Philippe Moureaux*, a annoncé qu'il ne serait plus candidat en 2014 et qu'il se retirait de la politique active et qu'il laissait la place aux jeunes (Olivier Deleuze appréciera!).

    Le sénateur ECOLO vient de donner une grande interview dans Le Soir de ce 16 mars **. Commentant son parcours politique, il revient sur la formation du Gouvernement Verhofstadt 1, la tripartite VLD/MR - PS/SP.a - Ecolo/Agalev. Jacky Morael, Secrétaire fédéral d'Ecolo avait mené toutes les négociations et semblait être, assez logiquement, le futur Vice-premier des Verts. Victime d'une véritable cabale lors de l'Assemblée constitutive de Louvain-la-Neuve, le liégeois, pour sauver les accords politiques, choisira de se sacrifier et de céder le mandat, qui lui était promis, à Isabelle Durant.

    persoquet conspire.jpg

    Près de 25 ans après, Jacky Morael explique, enfin, ce qu'il s'est réellement passé le 10 juillet 1999 à Louvain-la-Neuve. Jacky Morael dit "avoir été trahi par des intrigants". Et il cite à la tête de ceux-ci, "Henri Simons". Ce n'était un secret pour personne au sein d'Ecolo mais que la principale victime l'affirme, cela fait du bien. En fait, le député Bruxellois à lunette verte*** se voyait ministre Bruxellois (ou Communautaire, il visait la Culture) et son objectif en s'attaquant à jacky Morael était de faire monter Isabelle Durant au poste de Vice-première pour dégager la route au mandat bruxellois. Mandat qu'il n'aura évidemment pas (PS et MR avaient arrangé cela à deux) et qu'il n'aura pas non plus en 2003, puisque c'est Evelyne Huytebroeck qui deviendra Ministre régionale.

    Pour un résultat nul, Simons**** avait surtout réussi à afaiblir Ecolo dans le futur Gouvernement, puisque "pendant 4 ans, Isabelle Durant sera perçue comme une usurpatrice" (dixit Morael) par les partenaires du Gouvernement et elle le paiera, pendant tout son mandat cette situation.

    * Dans le cas de Philippe Moureaux, c'est sa porte-parole Françoise Schepmans qui en avait fait l'annonce

    ** le très long interview est sur le site du Soir, www.lesoir.be

    *** le singulier est volontaire     lunette verte.jpg

    **** On reviendra, à l'occasion, sur les manoeuvres et les intrigues du borghiateke puisqu'il a intrigué pour être député, magouillé pour être échevin et trahi pour devenir socialiste. Et puisqu'il deviendrait conseiller au CPAS de la ville de Bruxelles... "un engagement pour les plus pauvres", mais pas sous le nom de "François".

     

     

  • Un seul cri: "consternation!"

    Le Cri.jpg

    6ème version du "Cri" d'Edward Munch.

    Bart De Wever approche des 40% dans le dernier sondage LaLibre/RTBF. Consternation.

    Un employé de la ville de Mouscron a détourné, sur son compte privé et ce pendant des lustres, les dédommagements versés à sa ville par les assurances. Personne n'a rien vu. Consternation.

    La N-VA s'offre la tête d'un ministre néerlandophone de centre-gauche et affaibli l'aile dite de "gauche" d'un gouvernement déjà très droitier. Consternation.

    Le secrétaire communal de la ville de Mons, là où le Premier ministre est bourgmestre, place son argent privé dans des paradis fiscaux. Consternation.

    L'avocat, lasnois et époux d'une vice-première socialiste, de ce monsieur plaide la naïveté et la candeur. Un secrétaire communal cela ne connait évidemment pas la loi. Consternation.

    Jean-Paul Van Gompel, ex-bourgmestre de Charleroi est blanchi dans l'affaire du terrain synthétique du sporting de Charleroi. Pourquoi donc a-t-il démissionné? Consternation.

    Bataille de tartes à la crème entre Charles Michel et Paul Magnette. L'arbitre De Wever soutient les bleus. Consternation.

    Les parlementaires wallons interpellent vertement les ministres écolo sur le plan d'implantation des éoliennes. La co-présidente écolo demande aux parlementaires des partis partenaires de la majorité de s'en tenir à la décision du Conseil des ministres. Consternation.

    Une fois de plus le gouvernemednt Di Rupo doit trouver 2,4 milliards pour "boucher les trous". Nos désolants ministres s'étonnent que "l'impôt ne rentre pas comme ils le croyaient". La plus part des belges sont ruinés, assèchés, pauvres ou presque pauvres, ... Comment s'étonner que l'impôt ne rentre pas et que la TVA, liée à la consommation, rapporte de moins en moins. Consternation.

    Le mot "consternation" est le mot le plus entendu depuis quelques jours. Et on n'a pas repris la saga des fermetures d'usines et des pertes d'emplois. C'est consternant!